Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

vendredi 13 juillet 2018

GR10 Étape 16 Col de la Hourquette d'Arre - Gourette

La nuit, excellente. Pour ceux qui ont suivi l'étape d'hier je me suis donc sagement posé dans la cabane des marmottes refaite pour la petite histoire il y a trois ans. Avec mon colloc du moment Thierry à 20h00 extinction des feux (enfin de nos frontales) fermeture de la porte et zou en position du cafard flitoxé. On a même pas vu la nuit passer. Quelques bonnes bourrasques de vent mais une nuit au calme à 2440m. Bon le sac de couchage prévu -5° a fait ces preuves, impeccable. Sept heure moins le quart je me réveille et file dehors. Ben non je rentre en vitesse, non pas à cause du froid mais il faut que j'immortalise le lever de soleil. Oui il faisait jour mais celui çi sort tout juste de derrière les pics à l'Est. Le tout sur un ciel complètement dégagé bref le bonheur. Une sage décision hier (vous verrez pourquoi plus tard) qui aura entraîné encore l'ascenseur émotionnel un peu plus haut. 
Bon les sacs sont bouclés et on entame la looooooongue descente il est 07h30. Petits névés, pierres et pente forte cassent la cadence. A 09h00 le soleil commence à bien taper et le chapeau doit rapidement se mettre en ordre de route. Cela fait un petit moment que l'on surplombe le lac d'Anglas, encore une belle vue sur les eaux vertes. On fera une petite pause près des anciennes mines de fer dont il subsiste des ruines et quelques morceaux de ferrailles. Trois jeunes filles remontent le GR vers Gabas, on leur souhaite bien du courage et on les prévient sur ce qu'elles vont découvrir de l'autre côté du col. Ce presque plat induit le randonneur en erreur car sitôt le lac passé, encore faut il traverser le ruisseau, que le chemin replonge... Impossible d'avoir un rythme continu il faut sans cesse lutter contre les toutes les variations de terrain. Les bâtons heureusement permettent de conserver tant bien que mal un équilibre sans cesse remis en cause. Sauf quand celui ci se coince entre deux pierres et que d'un coup d'un seul il se redresse en venant juste frotter le téton. Que dis je frotter, plutôt quasi arracher le téton ! Bon sang quel douleur atroce... J'ai cru abandonner mais j'ai gardé en moi le cri pour ne pas déranger les marmottes. Tandis que la descente continue on commence à rencontrer quelques randonneurs "à la journée", certains tirent leur gamin par la main alors que le lac n'est pas encore à côté, en espérant qu'ils n'aillent pas plus loin... En attendant ça descend toujours, oui je sais c'est long, mais si tu crois que pour moi cela ne l'a pas été alors que tu es dans ton canapé... Cela devient plus forestier et vers 10h30 je commence à voir quelques bâtisses. Gourette se dévoile mais il faudra encore patienter avant d'y parvenir. Il sera 11h00 lorsque j'arrive devant l'office du tourisme. Je me pose un peu et profite du robinet pour changer toute l'eau de mes bouteilles. Hop sac sur le dos, smartphone en main à la quête d'un point de ravitaillement sucré. Et là je retrouve Alain et un couple vu sur l'étape précédente et toujours Thierry. On discute et je suis étonné qu'ils ne soient pas plus loin que moi et Thierry. En fait après le col franchi vers 15h (quelle forme) ils ont poursuivi mais avec le temps qui se dégradait ils se sont égarés et retrouvé entre le lac d'Yzious et du Lavedan. Donc ce matin remontée vers le col et descente vers Gourette. On boit tous un coup et on gère donc la nuitée. Je dis on car honnêtement 3h30 de descente (et non 4h30 comme je l'ai annoncé a certains, comme quoi j'étais très fatigué) me font hésiter a poursuivre plus loin aujourd'hui. Avant de repartir du bar restaurant je me sens étrange, comme plus libre... Mais où sont mes bâtons ? Près de l'OT bien sûr lors du recomplétement d'eau souvenez vous : repartant en profitant du réseau les doigts sur mon smartphone... Zou je file et ouf je retrouve mes bâtons, il faut dire que la station est désertique. Elle est dédiée au ski et sans compter la route principale effondrée, peu de monde en ce début de juillet. Tout le monde aura sa place sous tente ou au gîte. Perso je vise le gîte (cela tombe bien au moment où je fais ce petit post, la pluie c'est installée).

Pour rappel, je devais dépasser normalement Gabas pour m'arrêter à la corniche des Alhas, puis le lendemain repartir pour arriver à Gourette. Après quelques discussions j'avais été averti que l'étape officielle Gabas - Gourette était très difficile et bien cela n'est pas démenti. Je tire mon chapeau a celles et ceux qui arrivent à tout enclencher dans la foulée, bon la présence des névés à certainement contribuer à complexifier l'étape de mon côté. D'ailleurs en discutant avec l'employée de l'office du tourisme elle m'a bien confirmé que cette étape était l'une sinon la plus dure du GR10. Aussi je me suis encore aujourd'hui aperçu que mes bonnes étoiles se sont aussi occupées de moi en me faisant prendre les bonnes décisions. Quitte à prendre un soit disant retard dans le planning, naturellement pour mon plus grand plaisir. Dans tous les cas je garde à l'esprit de rester humble face à la montagne.

Demain en route pour boucler le normalement premier tiers de cette expédition !

Météo grand soleil toute la matinée, couvert l'après midi et pluie pour finir.
Départ de la cabane des marmottes 07h30
Arrivée à Gourette 11h00
Distance 11,1km (292,2km)
Dénivelés +285 -1367m
Gîte de Gourette
Altitude 1440m





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

ID2 Rando où la volonté de partager mes randonnées...

Attention, pour passer avec succès le filtrage le commentaire doit concerner le blog. Alors rester dans le ton ;)