Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

dimanche 7 juillet 2013

45 La Ferté Saint Aubin, le gué du roi 12km

56ième randonnée :

Aujourd'hui peu d'improvisation car j'ai déniché cette randonnée sur internet et aux vues des températures annoncées elle devrait être agréable. Départ tôt pour profiter un peu de la fraîcheur. J'arrive donc sur le site vers 7h30. Je débute la randonnée après avoir déniché une belle mystère qui nous replonge du temps de la résistance Solognote à l'entrée du village.

Retour sur le petit parking et un panneau indique "promenade de gué du Roi" alors en route... Le sentier file le long du Cosson avec sur la droite le château du bourg édifié entre le 1522 et 1746. Ce château me permet d'ouvrir une parenthèse sur une histoire pas banale de mon adolescence.

Il y a quelques années, j'ai décidé d'emmener ma petite famille visiter ce château. En passant le petit bâtiment avant d'arriver aux caisses, je suis surpris de trouver une affiche d'un château qui me tient à cœur : "le château de Saint Fargeau". Intrigué je me demande pourquoi cette affiche est placée là. J'en fais part à mon épouse qui retourne à l'accueil poser la question, et bingo : "le propriétaire du château de La Ferté, est le frère de celui de Saint Fargeau...". Bon sang ! Les frères Guyots (Michel et Jacques), bien sûr... A l'époque Jacques débutait la restauration du château d'Ancy Le Franc (1981 à 1999), maintenant c'est le tour de celui de La Ferté...

Pourquoi ce lien particulier avec St Fargeau ? Adolescent j'ai participé à la restauration de ce château. Tout débuta par l'étude de textes et une lettre à Mr Jean d'Ormesson descendant de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau. Il vivra d'ailleurs une partie de sa jeunesse à St Fargeau qui appartenait d'ailleurs à sa mère. Étonnés d'avoir une réponse nous nous sommes pris au jeu en étudiant une partie de la vie de ce grand homme. Apprenant que St Fargeau était en pleine restauration, deux ans de suite nous eûmes à cœur de récolter des fonds. Si 1000 francs furent récoltés la première année, la seconde placera la barre à 10 000 francs, ce qui nous vaudra une invitation à passer presque une semaine au château. Notre contribution a permis de réparer une partie du campanile de la chapelle (une plaque est d'ailleurs en place au rez de chaussée). Nous ferons aussi une chaîne pour transférer les tuiles jusqu'aux combles. J'ai d'ailleurs retrouvé Michel durant quelques minutes lors de notre visite pour ce remémorer cette belle expérience, d'ailleurs à l'époque le spectacle bien connu aujourd'hui ne faisait que démarrer...
Bref de beaux moments de vie qui laissent une trace indélébile.

Je remonte le Cosson qui par endroit est peu profond. Le bruit de la circulation s'estompe petit à petit pour laisser place aux chants des oiseaux. Quelques passerelles dont l'accès est barré par de grandes chaînes permettaient de rejoindre quelques lieux dits en face. L'extrémité du sentier débouche sur une petite route qu'il faut suivre pour rejoindre le Masuray.


Je me risque à passer le fossé et je me frotte aux épineux pour pouvoir prendre en photo l'étang du By où deux cygnes me mettent immédiatement dans la catégorie "animal potentiellement dangereux". Le fossé au retour de souviendra de moi au retour !

Après l'immense ligne droite je retrouve pour quelques minutes le GR de Pays de Sologne et longer le Masuray une belle demeure privée et protégée par un énorme mastodonte qui ne semble pas comprendre que je ne fais que passer ! Je laisse Mastoc à ces "encouragements" et continue mon chemin.

Le retour vers La Ferté se fait par un beau chemin à l'ombre. Je croise un peu de monde, VTTistes, promeneurs et sportifs se partagent l'itinéraire en se congratulant de bonjours amicaux et souriants. Deux joggeuses au retour semble d'échangés la peine à faire participer leurs ados aux tâches ménagères...

Après avoir longé quelques minutes la D17 via un petit sentier qui serpente en sous bois, je remonte vers le bourg en contournant une zone semble t'il bien connue de nos amis les cavaliers. La ferme équestre annonce l'arrivée dans la partie citadine de cette randonnée.

La randonnée se termine en remontant le Cosson et après avoir traversé de boulodrome bien vide à cette heure...

Au final cette 56ième randonnée que je dédie à mon frère, effectuée sous un très beau ciel bleu affichera un compteur de 12 km...

2 commentaires:

  1. Que dire ? !!! Bravo pour tous les renseignements qui ont fait revivre ton passé ....Quand je dis que tu nous nourris de choses simples et réelles !!! c 'est vrai :) Par contre je n'ai pas compris pk on ne pouvait pas traverser....(ce doit être le cagnard sur ma tête)...Sinon je ne pense pas framboises mais plutôt fraises des bois, et tu aurais pu en prendre! Les cygnes t'ont ils mis en respect??? lol c beau mais méchant selon... Enfin t'ayant suivi tu as bien tourné quand même mais je ne sais si ta batterie de tel tient le coup durant le temps effectué car moi au bout d'une heure => déchargé.
    Les photos sont édifiantes et j'adore celle de la grande allée.
    Encore une fois bravo de savoir entreprendre des sorties en solo et ainsi de nous faire découvrir des coins inconnus ou peu connus!!!
    Merci Hervé ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Annie, il s'agit bien de petites fraises sauvages qui, je ne sais pas pourquoi ont disparues... C'est sur mon chapeau que le soleil devait taper... Les passerelles donnent maintenant sur les parcelles privée ;-(
      Coté cygnes, il ne valait mieux pas trop s'attarder au risque de se faire pincer ! Coté batterie aucun soucis car je dispose d'une batterie auxiliaire qui me permet de tenir au moins deux jours avec pour chacun 30km. Soixante kilomètres d'autonomie ce n'est pas si mal ?
      Merci pour ton passage ;-)

      Supprimer

ID2 Rando où la volonté de partager mes randonnées...

Attention, pour passer avec succès le filtrage le commentaire doit concerner le blog. Alors rester dans le ton ;)