Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

dimanche 28 juillet 2013

45 Fay-aux-Loges, entre canal et forêt 10,7km

58ième randonnée :

Départ de la randonnée près du lieu dit "le moulin rouge". Je longe le canal en direction de Fay en passant à côté de l'ancienne usine électrique. Un couple de pêcheurs vise entre les nénuphars pour placer leurs lignes. Quelques centaines de mètres et c'est le bief de retournement. Cet aménagement forme une grosse verrue sur le canal permet ainsi aux bateaux de faire demi tour. Arrivé à Fay je traverse le canal et effectue un ravitaillement à la boulangerie. Retour sur le bord du canal mais dans l'autre sens pour poursuivre sur le PR. Le ciel est nuageux et la température est de 17° ce qui semble ravir les quelques personnes qui se promènent. Je quitte le canal pour me diriger vers la partie forestière du parcours.

Les lieux dits suivants sont gardés par de nombreux molosses qui lancent des invitations à déguerpir au plus vite. La traversée du bois de la Courie sera l'occasion de tenter de déloger une nouvelle cache concernant un chêne pluricentenaire. Je décide de m'y rendre en quittant le PR et d'appliquer la théorie de l'azimut brutal permettant de se rendre au plus vite sur la scène de crime...
Six cent mètres plus tard après quelques ronces et sentes de cochons j'inspecte la zone et déloge le coffre aux trésors très bien camouflé. Je rend les hommages au chêne et me voici à nouveau sur les chemins (de bon matin... Mais pas à bicyclette...).


J'aperçois au loin un couple avec deux molosses qui semblent avoir trouvés un but à leur promenade : manger du marcheur ! Une foi de plus je dois marquer l'arrêt, contrairement aux méchants toutous dont les propriétaires n'arrivent pas à contenir le désir de s'amuser avec mes chairs... Ils décident de prendre une sente perpendiculaire ce qui provoque un sentiment d'abandon angoissant des canidés conditionnés, préférant du coups abandonner leur jouet pour rejoindre les écervelés...

Retour sur le chemin de halage par l'écluse du guet Girault. Ici le canal est totalement vert ! Entièrement recouvert d'une flore végétale appelée "lentille d'eau" sur une distance de plus d'un kilomètre trois. À l'écluse de la Jonchère une barrière empêche la circulation aux VTT en cette matinée. Je poursuis ma route et me voici à finir la randonnée en plein milieu d'un concours de pêche aux poissons chats. Parfois obligé de pratiquer la course de haies pour pouvoir rejoindre le site d'arrivée. Le soleil sera de la partie pour cette fin de randonnée, les nuages ayant décidés de se retirer vers l'Est. Même les pêcheurs semblent avoir appréciés la douceur des températures sous les nuages du début de matinée.

Au final cette 58ième randonnée démarrée sous un ciel bien voilé se terminera avec un peu plus de bleu et affichera un compteur de 10,7 km...

Photos de la randonnée de 1 à 10...

dimanche 14 juillet 2013

45 Chambon-la-Forêt, les eaux et forêt 9,9km

57ième randonnée :

Je débute cette randonnée sur le parking de l'église de ce joli bourg après avoir observé de château de la Luzerne, un monument privé ! Le petit parking est situé sur la place du 7 août 44 dédiée à la mémoire des déportés et maquisards. Je contourne l'église et je tombe sur un charmant petit l'avoir puis un petit monument en relation avec les hommes du 7 août tués par les allemands.

Un peu plus haut, l'arrivée au calvaire me sort du bord de route pour un chemin pour champêtre. Plus au sud j'en apprends un peu plus sur la source de Montfras située non loin. Exploitée depuis les années 30 mais connue à l'époque gallo romaine elle ne fut plus utilisée que par quelques habitants. Dans les années 60 la société des eaux minérales de Chambon voit le jour...


J'entre dans les sous bois pour rejoindre la fontaine de Sainte Radegonde, protégée par une mini chapelle. Sainte Radegonde est une ancienne princesse thuringienne dont la famille fut massacrée ver 518. Elle deviendra reine des Francs en épousant Clotaire I. Moniale, la légende dit qu'elle fera jaillir cette source.  Assis sur les marches on se laisse facilement entraîner par petit glouglou du mince filet d'eau qui semble fuir sous le sol. Tandis qu'il me faut remonter vers le Nord, peu après le lieu dit la Radegonde je décide de poursuivre par la route forestière de la vallée Salleau pour dénicher une géocache.

Pour me rendre près des étangs je profite d'un sentier qui serpente, cela me change de cette allée forestière. Ces deux étangs ont des eaux des plus sombres. L'étang à Monsieur me donne l'occasion d'enchaîner mon douzième jour d'affilé de géocaching. Petite photo et hop me voici à longer l'étang à Madame, et oui ici la parité est de mise...

La sortie de la forêt m'emmène vers une succession de lieux dits : la vielle tuilerie, le carouge, la rive du bois et la sablonnière pour arriver non loin de deux tumuli. Impossible de les observer ils sont complètement enfouis sous la végétation.

Au final cette 57ième randonnée effectuée sous un très beau ciel bleu affichera un compteur de 9,9 km...

dimanche 7 juillet 2013

45 La Ferté Saint Aubin, le gué du roi 12km

56ième randonnée :

Aujourd'hui peu d'improvisation car j'ai déniché cette randonnée sur internet et aux vues des températures annoncées elle devrait être agréable. Départ tôt pour profiter un peu de la fraîcheur. J'arrive donc sur le site vers 7h30. Je débute la randonnée après avoir déniché une belle mystère qui nous replonge du temps de la résistance Solognote à l'entrée du village.

Retour sur le petit parking et un panneau indique "promenade de gué du Roi" alors en route... Le sentier file le long du Cosson avec sur la droite le château du bourg édifié entre le 1522 et 1746. Ce château me permet d'ouvrir une parenthèse sur une histoire pas banale de mon adolescence.

Il y a quelques années, j'ai décidé d'emmener ma petite famille visiter ce château. En passant le petit bâtiment avant d'arriver aux caisses, je suis surpris de trouver une affiche d'un château qui me tient à cœur : "le château de Saint Fargeau". Intrigué je me demande pourquoi cette affiche est placée là. J'en fais part à mon épouse qui retourne à l'accueil poser la question, et bingo : "le propriétaire du château de La Ferté, est le frère de celui de Saint Fargeau...". Bon sang ! Les frères Guyots (Michel et Jacques), bien sûr... A l'époque Jacques débutait la restauration du château d'Ancy Le Franc (1981 à 1999), maintenant c'est le tour de celui de La Ferté...

Pourquoi ce lien particulier avec St Fargeau ? Adolescent j'ai participé à la restauration de ce château. Tout débuta par l'étude de textes et une lettre à Mr Jean d'Ormesson descendant de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau. Il vivra d'ailleurs une partie de sa jeunesse à St Fargeau qui appartenait d'ailleurs à sa mère. Étonnés d'avoir une réponse nous nous sommes pris au jeu en étudiant une partie de la vie de ce grand homme. Apprenant que St Fargeau était en pleine restauration, deux ans de suite nous eûmes à cœur de récolter des fonds. Si 1000 francs furent récoltés la première année, la seconde placera la barre à 10 000 francs, ce qui nous vaudra une invitation à passer presque une semaine au château. Notre contribution a permis de réparer une partie du campanile de la chapelle (une plaque est d'ailleurs en place au rez de chaussée). Nous ferons aussi une chaîne pour transférer les tuiles jusqu'aux combles. J'ai d'ailleurs retrouvé Michel durant quelques minutes lors de notre visite pour ce remémorer cette belle expérience, d'ailleurs à l'époque le spectacle bien connu aujourd'hui ne faisait que démarrer...
Bref de beaux moments de vie qui laissent une trace indélébile.

Je remonte le Cosson qui par endroit est peu profond. Le bruit de la circulation s'estompe petit à petit pour laisser place aux chants des oiseaux. Quelques passerelles dont l'accès est barré par de grandes chaînes permettaient de rejoindre quelques lieux dits en face. L'extrémité du sentier débouche sur une petite route qu'il faut suivre pour rejoindre le Masuray.


Je me risque à passer le fossé et je me frotte aux épineux pour pouvoir prendre en photo l'étang du By où deux cygnes me mettent immédiatement dans la catégorie "animal potentiellement dangereux". Le fossé au retour de souviendra de moi au retour !

Après l'immense ligne droite je retrouve pour quelques minutes le GR de Pays de Sologne et longer le Masuray une belle demeure privée et protégée par un énorme mastodonte qui ne semble pas comprendre que je ne fais que passer ! Je laisse Mastoc à ces "encouragements" et continue mon chemin.

Le retour vers La Ferté se fait par un beau chemin à l'ombre. Je croise un peu de monde, VTTistes, promeneurs et sportifs se partagent l'itinéraire en se congratulant de bonjours amicaux et souriants. Deux joggeuses au retour semble d'échangés la peine à faire participer leurs ados aux tâches ménagères...

Après avoir longé quelques minutes la D17 via un petit sentier qui serpente en sous bois, je remonte vers le bourg en contournant une zone semble t'il bien connue de nos amis les cavaliers. La ferme équestre annonce l'arrivée dans la partie citadine de cette randonnée.

La randonnée se termine en remontant le Cosson et après avoir traversé de boulodrome bien vide à cette heure...

Au final cette 56ième randonnée que je dédie à mon frère, effectuée sous un très beau ciel bleu affichera un compteur de 12 km...