Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

dimanche 22 décembre 2013

45 Entre Loury et Chilleurs-aux-Bois, Chemins forestiers 17,2km

65ième randonnée :

Le temps est maussade ce matin au départ. Après moins d'une demi-heure de route me voici sur mon nouveau terrain de jeu.

En effet ce matin je cumule la randonnée et le géocaching notamment à la recherche de caches d'une série nommée "Marathon VTT". Seulement j'ai décidé de faire cette série à pied. Non pas les 42 kilomètres d'affilés mais plutôt sous formes de plusieurs boucles plus ou moins longues. Deux premières journées avec 8 et 5 km pour déloger 8 boites (la première étant au km 0). Il me faut donc maintenant déloger le km numéro 8. A peine sur le parking qu'un 4x4 avec deux personnes équipées d'un gilet jaune arrive en trombe. Cela sent le chasseur, ils viennent poser un panneau chasse en cours mais heureusement or de la zone que je dois traverser.

Un bond au dessus de la route et me voici tel mon fidèle compagnon Azimut Brutal, à faire du hors piste pour rejoindre le chemin principal ce qui me verra déjà partir entre ronces et ornières bien grasses. J'arrive sur le chemin et bientôt sur le site de la première géocache vers 09h50. Pour l'instant le ciel est toujours gris mais cela tient. Cap à l'Est puis c'est la descente au Sur-Est pour déloger les kilomètres 9 à 11. Peu de soucis, avec tout de même une cartographie un peu capricieuse tout comme la météo qui commence à me faire comprendre que l'eau sera au rendez-vous. Je suis au Sud de l'étang de Grand Vau mais impossible de l'apercevoir... Les "km" s’enchaînent et enfin une petite boite me permet de faire un dépôt, au revoir "p'tit cochon"...

Il me faut maintenant marquer un beau "M" sur ma carte, tout comme l'initiale de mon speudo... Je passe devant l'ancienne maison forestière de la Noue des Gâtis, alors qu'au départ je me disais que je n'irais pas aussi loin... Une boite amusante fera son petit effet et enfin la dernière boite pour cette journée : j'arrive donc au kilomètre 18. Celle-ci est sur le GR3, mais aujourd'hui demi-tour, il me faut maintenant revenir sur mes pas pour m'enfiler une longue, très longue, trop longue ligne droite, presque trois kilomètres sous un crachin très nourri ! Je traverse la départementale et peu avant de retrouver mon véhicule le tombe sur un cousin "d'Azimut Brutal" qui vient de finir sa vie !

Au final cette 65ième randonnée bien humide affichera un compteur de 17.2 km et 360 m de dénivelé...

Carte de la randonnée

dimanche 24 novembre 2013

45 Courcy-aux-Loges, Le Brossillon 6,3km

64ième randonnée :

Départ par des températures biens fraîches, il me faudra attendre quelques minutes pour voir quelque chose au travers du pare brise. Prés d'une trentaine de minutes pour rejoindre le parking d'un lieu que je ne connais pas. Une fois de plus le géocaching me permettra de découvrir les alentours. Sur site alors que je file chercher la première cache, je suis interpellé par un géocacheur qui m'annonce que nos cherchons la même choses. Présentations et discutions mais il semble que la boite pourtant posée à veille ne soit pas facile à dénicher. Finalement mon acolyte m'annonce que sur les trois boites, il n'a trouvé qu'une seule et ne semble pas respecter l'art difficile du géocaching. Bref un superbe DNF...

Retour sur le parking et début de la boucle de rando qui empruntera de longue allées forestières jusqu'au retour dans Courcy. Les détonations des chasseurs ne sont pas très loin alors pas de petit sentier pour cette fois. Avant d'arriver au carrefour du charme je file sur la droite pour m'écarter du danger ! Je décide de remonter plein Nord pour rejoindre le carrefour du Séquoia où je fais office de guide pour personnes âgées qui doivent rejoindre quelqu'un prés des pins ! Note à moi même : Il y a de nombreuses parcelles de pins tout autour !!!


Je longe la départementale pour passer devant l'étang privé du bois de Lormoy, ce qui ne m’empêchera pas de faire quelques phots au travers des buissons. Je continue mon chemin en faisant bien attention à me déporter dans le bas coté car ici les bolides filent à toute allure. Je contourne les Menains où quelques aboiements réveillent le voisinage. L'entrée dans Courcy ne m'est pas inconnue car le petit étang est l'endroit idéal pour un déjeuner familial mais en été... Je retrouve une petite sente fraîchement tondue qui va me faire traverser quasiment tout le village pour retrouver au final l'étang du Brossillon.

Au final cette 64ième randonnée sous un soleil parfois timide affichera un compteur de 6.3 km et sans dénivelé...

Photos de la randonnée

mercredi 30 octobre 2013

24 La Jemaye, Le tour de l'étang 5,9km

63ième randonnée :

Une seconde randonnée pour cette même journée ! Je remonte un peu plus au Nord Ouest pour faire le tour de l'étang de la Jemaye. Une petite activité familiale accompagnée de 3 chiens mais cette fois ils sont de mon coté. Un peu de route donc pour se rendre sur le site où je vais initier les participants au géocaching car sur le site une série de 20 caches est disponible.

Sortis des voitures les chiens sont à la fête ! On redoute le fait qu'ils soient interdits de randonnée mais au final les panneaux annoncent qu'ils doivent être tenus en laisse. Nous voici partis pour ce petit tour. Peu de monde même si la météo est avec nous. On passe devant la maison du garde forestier qui nous fait un petit rappel, les trois chiens s'étouffent peu habitués à la laisse. La première cache sera délogée en deux temps car un premier bel arbre nous tente, mais il faudra se déplacer de quelques mètres pour finalement sortir à peine la boite de sa position. Tout le monde prends la mesure de cette recherche.


On continue sur notre itinéraire et les caches s’enchaînent, 2, 3, 4, 5 et 6. Mais celle-ci va faire tourner en bourrique les 7 personnes ! Imaginez quatre adultes et trois ados à fouiller le coin avec les trois chiens qui se disent chouette on semble chercher quelque chose mais quoi ! Pas moyen de mettre la main dessus même si l'aide ne semble pas me poser plus de soucis que cela ("naturelle posée à terre"). On tourne, on tourne mais rien n'y fait, on décide de tenter avec la photo "spoiler" mais mon smartphone fait des siennes, il est très dur de voir la photo. On écarte le cercle des recherches  mais rien n'y fait. Au final on retrouve la photo sur le roadbook et du coup une ultime recherche et on déloge la boite ! Quel délire, mais tout le monde est content. Nous poursuivons en traversant entre les deux étangs où l'on semble avoir un peu dérangé un observateur équipé de sa lunette.

Quelques caches sont très ingénieuses mais chut, pas question d'en dévoiler ici le principe où l'originalité. Le retour se fait toujours plus long surtout si les chaussures ne sont pas forcément très adaptées. On finira même par loupé de plus de 150 mètres une cache nous obligeant (tout du moins certains) à faire marche arrière tandis que le reste du groupe en trouve une sans le GPS... On termine par la 17 et mon bras sur lequel j'avais au fur et mesure écris les indices n'affiche pas la lettre C. Impossible de tenter les caches bonus, ce n'est pas grave nous avons passés un bon moment et tout le monde c'est pris au jeu !

La trace GPS que vous retrouvez plus bas a été nettoyée pour ne pas laisser de trace de nos découvertes. Initialement elle était à 7,2km.

Au final cette 63ième randonnée sous le soleil affichera un compteur de 5.9 km et sans dénivelé...

Photos de la randonnée

24 Manzac sur Vern, Entre brume et champs 6km

62ième randonnée :

Découverte de la Dordogne où je suis en déplacement dans la famille. C'est dans la région de Manzac sur Vern que j'ai occasion de traîner mes grolles tout du moins un peu plus au Sud autour de Pinquat . Alors que tout le monde dort encore je m'éclipse pour faire un petit tour dans le coin histoire de profiter un peu de l'air frais. La température de 5° est complétée par une brume bien présente ainsi qu'une bonne dose de rosée. Qu'a cela ne tienne c'est polaire sur le dos que je décide de tenter une petite boucle. J'arrive rapidement au croisement où je retrouve un balisage particulier car ici les chemins PR sont balisés avec de petits poteaux surmontés d'une coiffe en plastique jaune.Je décide de suivre ce chemin pour remonter les pieds humides entre les champs ou quelques vaches se réveillent doucement.


Quelques pommiers sauvages permettent avec un minimum de tri d'opérer à un petit déjeuner frugal. Je retrouve une petite route étroite qui me permettra de faire cette boucle. Ensuite c'est successivement plusieurs corps de ferme qu'il faudra longer ou traverser. Les Rouyaux, un bel ensemble de corps de ferme avec un superbe épicé géant puis Bel-Arbre. Au niveau des Bayles je suis attendu par un ####### qui finalement ne me fera simplement comprendre qu'il est chez lui ! Je retrouve la départementale 4 sur laquelle quelques voitures circulent.  En un peu plus d'une heure la boucle sera terminée et je retrouve tout le monde à table.

Au final cette 62ième randonnée dans la brume affichera un compteur de 6 km et un dénivelé de 142m...

Photos de la randonnée

dimanche 20 octobre 2013

45 Sully la Chapelle, forêt et voie romaine 11km

61ième randonnée :

Départ ce matin sous un ciel presque noir. Non pas qu'il ne fasse pas encore jour, mais d'énormes nuages sont là au dessus de chez moi et semblent prendre la direction de l'Est. L'Est justement, la direction que je dois prendre aujourd'hui pour traîner mes grolles prés de Sully. Plus exactement prés de Sully-la-Chappelle un petit bourg où résident un peu plus de 400 Sullygeois.

Finalement à l'arrivée sur le site les nuages ne sont pas si épais mais j'emporte avec moi un accessoire qui au cas pourrait bien être utile. La place est déserte, du coups je file pour sortir par le bourg en empruntant le GR32 et le GR655. Une allée se détache sur ma gauche et je suis étonné que le GR n'y passe pas surtout qu'elle semble être les restes de l'allée qui filait tout droit vers le château de Claireau, prés du lieu dit "la Motte des Ruets". Propriétés privée il n'y a d'ailleurs pas de vue directe sur ces vestiges d'un ancien manoir féodal.


Je quitte le GR pour rejoindre le carrefour de la femme morte où j'inspecte une de mes caches liée à une stèle à la mémoire de trois maquisard tombés en ces lieux le 14 août 1944. C'est ensuite une longue ligne droite jusqu'au carrefour de le barrière cassée, le point de départ d'une autre de mes caches. Mais là stupeur ! Cette cache qui permet de découvrir un sentier où l'on identifie de nombreuses espèces d'arbres autour d'une ancienne voir romaine a été vandalisée. Les deux boites se sont tout simplement volatilisées. Il va me falloir opérer à une maintenance mais en attendant il me faut "déactiver" la cache...

Quelques chasseurs se font entendre au loin et depuis ce matin je croise beaucoup de "chasseurs" de champignons qui semblent tomber sur de beau gisements à en juger par les paniers et sceaux qui débordent. Moi je file sur le retour qui s'opére shors du domaine forestier au travers d'un découvert où les champs sont rois. Midi j'arrive au parking, il me reste plus à me reconditionner pour retourner dans mon chez au chaud !

Au final cette 61ième randonnée par un ciel gris affichera un compteur de 11 km...

Photos de la randonnée

dimanche 13 octobre 2013

45 Loury, domaine de Bellevue 9km

60ième randonnée :

Voilà bien longtemps qu'un billet avait été publié, aujourd'hui retour des bonnes intentions ?

Je vous propose pour cette soixantième randonnée un petit tour du côté de Loury. Le départ se fait sur le site de Bellevue un peu plus au Nord du village où l'on peu découvrir un petit étang. Il fait 2° et sur les berges se trouvent les tentes du concours de pêche nocturne. L'ambiance est feutrée et la petite brume sur l'eau y contribue.

Veste polaire et bonnet sont de rigueur. Deux énormes carpes sont extraites de l'eau alors que je peine à trouver le départ du chemin balisé. Le petit passage dans les sous bois me laissera apercevoir une biche qui semble fuir quelques chasseurs, car au loin j'entends quelques détonations. Je poursuis mon chemin entre les champs fraîchement à labourés avant de devoir longer la départementale sur 200 mètres, un passage un peu délicat car il n'y a pas de sentier dédié et même pour un dimanche la circulation est bien présente.

La rencontre avec les premiers chasseurs aura lieu juste après alors qu'ils ratissent un champ. Après le passage près d'un espace bucolique où les fleurs sont encore présentes je traverse quelques lieux dits bien calme. Sur la gauche une immense réserve de faisans, formée d'innombrables enclos où ils sont prisonniers. C'est tout bonnement impressionnant, nombreux sont ceux qui fuient mais certains semblent m'observer se disant qu'avec un peu d'espoir je suis celui qui provoquera l'ouverture de ces prisons. Au bout du chemin un portail en fer donne l'accès à la suite du chemin. J'hésite à le franchir mais il est impossible de longer le terrain car le champ labouré touche la clôture. Finalement je me lance car il n'y a aucun panneau interdisant l'accés ce qui habituellement ne manque pas d’apparaître.


Après quelques minutes soulagement le chemin balisé (enfin ce qui en reste) rejoint le GR3b. Je vais donc bientôt rejoindre une partie connue pour avoir parcouru cette portion lors d'une randonnée entre Châteauneuf et Chevilly où j’avais fait une étape à Loury (étrange non...). Les chasseurs sont à nouveaux autours de moi. Sur la gauche il semble qu'un des chien ne soit pas enclin à obéir bien sagement ce qui semble provoquer l'agacement du "patron". A droite un groupe de chasseur remonte vers moi fusil cassé, ce qui me rassure. Formules d'usage lorsque l'on se croise, chacun reprenant sa route. Dans Loury j'opte pour la traversée du parc qui permet de rejoindre la mairie.

Passage incontournable devant la boulangerie, quelles délicieuses odeurs ! Pas le moment de flancher, je file vers le château d'eau et hop me voici sur l'un des derniers chemin assez gras. Un bûcheron prépare son bois tandis que son mastodonte de chien semble se demander si je peux servir d'apéritif. J'en viens à enlever mon petit sac à dos pour le tenir en main et au cas où l'utiliser et tenter de me protéger (au moins deux secondes). Mais il semble s'en tenir à la protection de son maître ce qui me va bien. Le bord de route avant de rejoindre le domaine de Bellevue est longé avec prudence puis c'est la bascule dés que possible. Je tombe sur la sculpture du gardien de l'étang. Sans tête et sa clef dans le dos il semble vouloir relâcher un volatil en direction de l'étang.

Avant de rentrer je vais ajouter un petit kilomètre (hors randonnée) pour ajouter une cache qui me permettra de faire le tour de l'étang mais aussi de découvrir les deux pistes de rollers présentes sur le site. quelque chose que je n'aurais certainement jamais vu sans cette petite cache "enracinée"...

Au final cette 60ième randonnée sous des températures plus que fraîches affichera un compteur de 9 km...

Photos de la randonnée

dimanche 25 août 2013

45 Orléans, entre deux rives 7,1km

59ième randonnée :

Après quasiment un mois d'août tourné vers le Géocaching et quelques minis randonnées je décide de reprendre une activité pédestre un peu plus orientée "marchons et partageons"... Il faut dire que la soirée d'hier me pousse à éliminer les calories gustatives d'un repas de baptême pantagruélique.

Arrêt au bord de la Loire avec une belle vue sur le Pont Royal et la Cathédrale. La Loire n'est pas très haute, je décide donc de faire une randonnée un peu particulière qu'il ne faut pas tenter avec des enfants sans connaitre ces dangers... Elle ne fait l'objet d'aucun balisage et en fonction des conditions météorologiques pas s’avérer périlleuse.

Je longe la Loire et rapidement j'emprunte la digue formée de grosses blocs de pierres soudés par du béton. Les blocs rétrécissent et certains sont creusés laissant le béton dessiner de belles arrêtes qu'il vaut mieux éviter lors d'une chute. Je décide de serrer au maximum sur ma gauche pour découvrir sur la plus grande largeur de lopin de terre qui semble émerger de la Loire. Naturellement le sable est bien présent et il faut donc fournir un effort un peu plus poussé. Cette partie est naturellement parfois sous l'eau. Ce fut le cas d'ailleurs avant l'été ! Il est décevant de trouver des déchets laissés là par des inconscients ! Capables d'emporter leur déjeuner du fast food jusqu'ici, mais incapables de trouver la force de recycler les déchets !
Ma décision de serrer à gauche m'entraîne dans quelques méandres mais au final c'est agréable. Quelques pêcheurs profitent de ce bras pour, l'eau jusqu'à la taille tenter de ramener quelques poissons. Arrivé dans le dernier tiers un chemin se fait bien présent, un reste de "visites" organisées... Il serpente entre les arbres et offre différentes vues aux promeneurs d'une saison. Le retour sera plus rapide car je retrouve la digue bien droite qu'il faut arpenter pour retrouver la véritable rive de la Loire.


Je prolonge ma route le long de la Loire pour emprunter le pont ferré à coté du pont Thinat. Un mince chemin coincé entre la voie et le bord est disponible aux randonneurs. Inutile de préciser que l'arrivée d'un train ici peut en décourager plus d'un. Finalement pour moi le train passera après la traversée (ouf...).
Direction le square Charles Peguy où l'on retrouve son buste avec la tête percée de part et d'autre par un éclat d'obus. Pour rejoindre la cathédrale je file par la rue de Bourgogne. Une rue atypique qui comporte encore beaucoup de nombreuses échoppes et dont la partie basse à entièrement été pavée . Dans la seconde partie les restaurants se disputent la clientèle qui peut en parcourant cette rue faire une escale dans de nombreux pays...

Après le passage devant la cathédrale direction la tour du Beffroi pour retourner sur les bords de Loire. Les rues sont animées même si le temps est maussade. J'arrive maintenant sur le pont Royal ce qui offre une tout autre vue comparée à celle de tout à l'heure sous le pont !

Au final cette 59ième randonnée sous une météo bien maussade affichera un compteur de 7,1 km...

Photos de la randonnée

dimanche 28 juillet 2013

45 Fay-aux-Loges, entre canal et forêt 10,7km

58ième randonnée :

Départ de la randonnée près du lieu dit "le moulin rouge". Je longe le canal en direction de Fay en passant à côté de l'ancienne usine électrique. Un couple de pêcheurs vise entre les nénuphars pour placer leurs lignes. Quelques centaines de mètres et c'est le bief de retournement. Cet aménagement forme une grosse verrue sur le canal permet ainsi aux bateaux de faire demi tour. Arrivé à Fay je traverse le canal et effectue un ravitaillement à la boulangerie. Retour sur le bord du canal mais dans l'autre sens pour poursuivre sur le PR. Le ciel est nuageux et la température est de 17° ce qui semble ravir les quelques personnes qui se promènent. Je quitte le canal pour me diriger vers la partie forestière du parcours.

Les lieux dits suivants sont gardés par de nombreux molosses qui lancent des invitations à déguerpir au plus vite. La traversée du bois de la Courie sera l'occasion de tenter de déloger une nouvelle cache concernant un chêne pluricentenaire. Je décide de m'y rendre en quittant le PR et d'appliquer la théorie de l'azimut brutal permettant de se rendre au plus vite sur la scène de crime...
Six cent mètres plus tard après quelques ronces et sentes de cochons j'inspecte la zone et déloge le coffre aux trésors très bien camouflé. Je rend les hommages au chêne et me voici à nouveau sur les chemins (de bon matin... Mais pas à bicyclette...).


J'aperçois au loin un couple avec deux molosses qui semblent avoir trouvés un but à leur promenade : manger du marcheur ! Une foi de plus je dois marquer l'arrêt, contrairement aux méchants toutous dont les propriétaires n'arrivent pas à contenir le désir de s'amuser avec mes chairs... Ils décident de prendre une sente perpendiculaire ce qui provoque un sentiment d'abandon angoissant des canidés conditionnés, préférant du coups abandonner leur jouet pour rejoindre les écervelés...

Retour sur le chemin de halage par l'écluse du guet Girault. Ici le canal est totalement vert ! Entièrement recouvert d'une flore végétale appelée "lentille d'eau" sur une distance de plus d'un kilomètre trois. À l'écluse de la Jonchère une barrière empêche la circulation aux VTT en cette matinée. Je poursuis ma route et me voici à finir la randonnée en plein milieu d'un concours de pêche aux poissons chats. Parfois obligé de pratiquer la course de haies pour pouvoir rejoindre le site d'arrivée. Le soleil sera de la partie pour cette fin de randonnée, les nuages ayant décidés de se retirer vers l'Est. Même les pêcheurs semblent avoir appréciés la douceur des températures sous les nuages du début de matinée.

Au final cette 58ième randonnée démarrée sous un ciel bien voilé se terminera avec un peu plus de bleu et affichera un compteur de 10,7 km...

Photos de la randonnée de 1 à 10...

dimanche 14 juillet 2013

45 Chambon-la-Forêt, les eaux et forêt 9,9km

57ième randonnée :

Je débute cette randonnée sur le parking de l'église de ce joli bourg après avoir observé de château de la Luzerne, un monument privé ! Le petit parking est situé sur la place du 7 août 44 dédiée à la mémoire des déportés et maquisards. Je contourne l'église et je tombe sur un charmant petit l'avoir puis un petit monument en relation avec les hommes du 7 août tués par les allemands.

Un peu plus haut, l'arrivée au calvaire me sort du bord de route pour un chemin pour champêtre. Plus au sud j'en apprends un peu plus sur la source de Montfras située non loin. Exploitée depuis les années 30 mais connue à l'époque gallo romaine elle ne fut plus utilisée que par quelques habitants. Dans les années 60 la société des eaux minérales de Chambon voit le jour...


J'entre dans les sous bois pour rejoindre la fontaine de Sainte Radegonde, protégée par une mini chapelle. Sainte Radegonde est une ancienne princesse thuringienne dont la famille fut massacrée ver 518. Elle deviendra reine des Francs en épousant Clotaire I. Moniale, la légende dit qu'elle fera jaillir cette source.  Assis sur les marches on se laisse facilement entraîner par petit glouglou du mince filet d'eau qui semble fuir sous le sol. Tandis qu'il me faut remonter vers le Nord, peu après le lieu dit la Radegonde je décide de poursuivre par la route forestière de la vallée Salleau pour dénicher une géocache.

Pour me rendre près des étangs je profite d'un sentier qui serpente, cela me change de cette allée forestière. Ces deux étangs ont des eaux des plus sombres. L'étang à Monsieur me donne l'occasion d'enchaîner mon douzième jour d'affilé de géocaching. Petite photo et hop me voici à longer l'étang à Madame, et oui ici la parité est de mise...

La sortie de la forêt m'emmène vers une succession de lieux dits : la vielle tuilerie, le carouge, la rive du bois et la sablonnière pour arriver non loin de deux tumuli. Impossible de les observer ils sont complètement enfouis sous la végétation.

Au final cette 57ième randonnée effectuée sous un très beau ciel bleu affichera un compteur de 9,9 km...

dimanche 7 juillet 2013

45 La Ferté Saint Aubin, le gué du roi 12km

56ième randonnée :

Aujourd'hui peu d'improvisation car j'ai déniché cette randonnée sur internet et aux vues des températures annoncées elle devrait être agréable. Départ tôt pour profiter un peu de la fraîcheur. J'arrive donc sur le site vers 7h30. Je débute la randonnée après avoir déniché une belle mystère qui nous replonge du temps de la résistance Solognote à l'entrée du village.

Retour sur le petit parking et un panneau indique "promenade de gué du Roi" alors en route... Le sentier file le long du Cosson avec sur la droite le château du bourg édifié entre le 1522 et 1746. Ce château me permet d'ouvrir une parenthèse sur une histoire pas banale de mon adolescence.

Il y a quelques années, j'ai décidé d'emmener ma petite famille visiter ce château. En passant le petit bâtiment avant d'arriver aux caisses, je suis surpris de trouver une affiche d'un château qui me tient à cœur : "le château de Saint Fargeau". Intrigué je me demande pourquoi cette affiche est placée là. J'en fais part à mon épouse qui retourne à l'accueil poser la question, et bingo : "le propriétaire du château de La Ferté, est le frère de celui de Saint Fargeau...". Bon sang ! Les frères Guyots (Michel et Jacques), bien sûr... A l'époque Jacques débutait la restauration du château d'Ancy Le Franc (1981 à 1999), maintenant c'est le tour de celui de La Ferté...

Pourquoi ce lien particulier avec St Fargeau ? Adolescent j'ai participé à la restauration de ce château. Tout débuta par l'étude de textes et une lettre à Mr Jean d'Ormesson descendant de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau. Il vivra d'ailleurs une partie de sa jeunesse à St Fargeau qui appartenait d'ailleurs à sa mère. Étonnés d'avoir une réponse nous nous sommes pris au jeu en étudiant une partie de la vie de ce grand homme. Apprenant que St Fargeau était en pleine restauration, deux ans de suite nous eûmes à cœur de récolter des fonds. Si 1000 francs furent récoltés la première année, la seconde placera la barre à 10 000 francs, ce qui nous vaudra une invitation à passer presque une semaine au château. Notre contribution a permis de réparer une partie du campanile de la chapelle (une plaque est d'ailleurs en place au rez de chaussée). Nous ferons aussi une chaîne pour transférer les tuiles jusqu'aux combles. J'ai d'ailleurs retrouvé Michel durant quelques minutes lors de notre visite pour ce remémorer cette belle expérience, d'ailleurs à l'époque le spectacle bien connu aujourd'hui ne faisait que démarrer...
Bref de beaux moments de vie qui laissent une trace indélébile.

Je remonte le Cosson qui par endroit est peu profond. Le bruit de la circulation s'estompe petit à petit pour laisser place aux chants des oiseaux. Quelques passerelles dont l'accès est barré par de grandes chaînes permettaient de rejoindre quelques lieux dits en face. L'extrémité du sentier débouche sur une petite route qu'il faut suivre pour rejoindre le Masuray.


Je me risque à passer le fossé et je me frotte aux épineux pour pouvoir prendre en photo l'étang du By où deux cygnes me mettent immédiatement dans la catégorie "animal potentiellement dangereux". Le fossé au retour de souviendra de moi au retour !

Après l'immense ligne droite je retrouve pour quelques minutes le GR de Pays de Sologne et longer le Masuray une belle demeure privée et protégée par un énorme mastodonte qui ne semble pas comprendre que je ne fais que passer ! Je laisse Mastoc à ces "encouragements" et continue mon chemin.

Le retour vers La Ferté se fait par un beau chemin à l'ombre. Je croise un peu de monde, VTTistes, promeneurs et sportifs se partagent l'itinéraire en se congratulant de bonjours amicaux et souriants. Deux joggeuses au retour semble d'échangés la peine à faire participer leurs ados aux tâches ménagères...

Après avoir longé quelques minutes la D17 via un petit sentier qui serpente en sous bois, je remonte vers le bourg en contournant une zone semble t'il bien connue de nos amis les cavaliers. La ferme équestre annonce l'arrivée dans la partie citadine de cette randonnée.

La randonnée se termine en remontant le Cosson et après avoir traversé de boulodrome bien vide à cette heure...

Au final cette 56ième randonnée que je dédie à mon frère, effectuée sous un très beau ciel bleu affichera un compteur de 12 km...

dimanche 30 juin 2013

41 Orchaise, domaine forestier de Blois 15,5km

Encore une randonnée au pied levé ! A peine réveillé je scrute mon application sur la cartographie pour dénicher la direction à suivre. Je décide m'expatrier dans un département voisin... Après une heure de route me voici dans le pays de Onzainois dans le 41. L'arrivée sur le site est ponctuée d'un sentiment d’euphorie car le domaine forestier s'étale devant moi sans être plat !

Je quitte le village pour rattraper le GR353a et déjà le dénivelé se fait sentir.pour l'instant il s'agit de descendre dans la vallée. Petite vue très sympathique et hop à l'ombre dans les sous bois le chemin serpente sur les rives de la Cisse un cours d'eau encore un peu chargé.

3,5km et une belle sortie avant s'arriver à la Maurissière offre encore un belle vue. Retour en sous bois et avant d'arriver au moulin de Vasseau, une petite géocache m'appelle ! Un peu d'astuce pour récupérer la boîte et son indice... Je quitte le GR pour rejoindre les grandes allées forestières. Mais avant il me faut contourner le lieu dit "La Folie" au bord de la départementale, comme quoi le nom semble adapté à la conduite en ces lieux...


Après avoir parcouru l'allée de St Lubin à la Vicomté, je bifurque au carrefour de Guise en direction d'une nouvelle cache. Je découvre au carrefour de Valentin de Milan les restes d'un ancien puits, vestige d'une maison de l'ONF rasée il y a de nombreuses années.

Les deux allées suivantes ne sont pas à l'ombre et on sent tout de suite la différence. Du coups elles semblent interminables. Le décide de longer la Cisse sans entrer dans "Chambon sur Cisse" et je découvre de nombreuses sculptures de fer. Le randonneur rencontre successivement un cheval, un loup, un ninja et passera sous un aigle de trois mètres d'envergure. Enfin le basketteur annonce le retour sur le croisement avec le retour sur le GR qui arrive de l'église de Saint Secondin (XII).

Pour rejoindre le gué Taureau il me faudra emprunter le chemin Coquine... Une petite grimpette à une heure bien chaude, qui laisse la gorge sèche!!! Quelques minutes plus tard des voix sortent des entrailles de la terre ! Vais je finir par avoir une apparition ? Hé bien oui des spéléologues progressent dans la cavité de la grotte d'Orchaise appelée aussi grotte de la fontaine. De retour à l'église je profite du robinet qui délivre une eau bien fraîche comparée aux températures. Aprés la remise en condition il sera encore temps de faire cinq caches dans le village voisin histoire de bien terminer la journée en extérieur.

Au final cette 55 ième randonnée sous un très beau ciel bleu affichera un compteur de 15,5 km...

dimanche 16 juin 2013

45 Sully-sur-Loire, autour de Sully 9,1km

Le beau temps continue son installation ? En tout cas après une heure de route le soleil est au rendez-vous. Sur le parking du château de Sully un groupe de musicien en kilt se prépare. Les jardins derrière le château semblent recevoir plusieurs groupes durant toute la journée. Je démarre la randonnée devant la porte du château et je passe par la passerelle pour me rendre au centre ville et passer devant la collégiale Saint Ythier où l'on peut y découvrir une gravure de Notre Dame de Paris.

Retour le long de la pièce d'eau du château pour y faire le tour et rejoindre la Loire. Au bout de l'étang une belle vue s'offre aux randonneurs et aux pêcheurs. Avant la sortie du parc départemental, passage devant la grotte "de Lourdes". Cette grotte inaugurée le 29 mai 1883 aurait été créée avec des roches en provenance de la région de Lourdes. La princesse des Béthune ne pourra pas jouir bien longtemps de cette réplique car elle décède la nuit suivant cette inauguration.


La randonnée continue autour des étangs non loin de la "petite folie". Ici oiseaux et chasseurs d'images se sont appropriés le terrain. Tout le monde est à son poste et observe les mouvements du camp adverse. J'arrive prés de la ferme du Grand Briou pour rejoindre le GR de Pays "Sentier historique de la vallée des Rois" qui longe la Loire en face du GR3.

Je quitte le GRP pour me rendre sur le bord de Loire. Ici la pente douce permet de longer le bord de l'eau où je profite de la vue pour ajouter quelques photos. De retour prés du château, il me reste un peu de temps car je viens d'apprendre que le reste de la famille vient me retrouver pour un pique-nique. Je tente deux autres caches, une non loin du pont ferroviaire puis une autre non loin de l'ancienne gare abandonnée.

Au final une randonnée de 9,1 km avec météo largement agréable...

samedi 1 juin 2013

75 Paris, la traversée Nord Sud 21,5km

Ma dernière traversée de la capitale datait de juin 2011 avec une traversée Est-Ouest pas le Sud (voir ou revoir le billet). Cette fois les lecteurs avaient le choix entre la traversée Est-Ouest par le Nord ou la traversée Nord-Sud. Les votants se sont exprimés il me restait donc à faire cette randonnée.


Voici les grands traits de cette randonnée que vous pouvez retrouver dans un topo-guide dédié (lien)
  • Le parc de la Villette;
  • Le quartier Mouzaïa (Rhin et Danube) avec ses petites maisons champêtres;
  • Le Parc des Buttes Chaumont, où il croise la Traversée N°3;
  • Le canal St Martin;
  • Le Marais;
  • L'île St Louis et l'île de la Cité;
  • Le quartier Latin;
  • Le Panthéon et la Montagne Ste Geneviève;
  • Le parc Montsouris.

Le récit (actualisé le 07 juin) :
Dimanche 08h00, je quitte le boulot direction la gare RER pour me rendre sur le site de départ à savoir le parc de la Vilette. Les barrières du parking "payant" sont levées, je me demande comment cela va se passer ce soir au retour... J'arrive vers 10h00 sur le point de départ sous un soleil radieux ! Il y a du monde autours de moi, il faut dire que le beau temps semble enfin s'installer alors tout le monde veut en profiter et cela sera le cas jusqu’au soir.

La traversée du parc de près de trente cinq hectares est une formalité car j'ai déjà officié ici plusieurs fois. Passage prés de la Géode, des abattoirs (la grande halle) où se produit "Bartabas" les trois prochaines semaines (spectacle équestre pour les néophytes).

Le parc des Buttes Chaumons est sans doute l'un des points forts de cette traversée. Il y a beaucoup de monde, les joggeurs se bousculent et zigzaguent entre les marcheurs. Beaucoup de monde aussi sur les pelouses. Il semble que ces lieux n'étaient pas du tout aussi riches en végétation et fréquentables que cela, car le Mont Chauve est passé de carrière de Gypse dont les vagabonds, clochards et truands semblaient avoir pris possession. Un temps décharge puis établissement d'équarrissage ont finis par laissés place grâce à des travaux sur quatre ans à un parc où règnent des arbres centenaires, voir plus pour certains. Pour atteindre le temple Vesta il faut jouer des coudes car les travaux bloquent une partie des chemins mais la vue vaut de coups d’œil.

Le point marquent suivant est très certainement le canal St Martin et son écluse. Un petit bateau de plaisance d'ailleurs attend de sortir pour filer dans la partie souterraine de plus de deux kilomètres pour rejoindre la seine. La poursuite du parcours se déroule sans encombre et mon attention est enfin attirée par le superbe hôtel de Sens. Je longe la berge de l'île St Louis pour arriver par l'arrière prés de Notre-Dame via le Square Jean XXIII. La foule est encore une fois très présente près de ce magnifique édifice. Des gradins sont en place sur le parvis depuis le début du jubilé des 850 ans de Notre-Dame (décembre 2012). 

Je ne m'attarde pas trop sur le passage devant les bâtiments de l'ancienne école Polytechnique puis non loin du Panthéon qui est en travaux. Le bel hôtel de la Reine Blanche ne laissera pas indifférent. Petit passage prés de la prison de la Santé dont les hautes murailles sont impressionnantes puis ce sera le petit square René Le Gall qui offrira à nouveau un peu de verdure. Dernier Parc sur le parcours, le parc Montsouris de seize hectares est à nouveau né de l'impulsion de Napoléon III qui comme pour le parc des buttes Chaumons voulait offrir aux parisiens le pendant au Nord et au Sud des forêts de Boulogne et Vincennes. Dans ce parc je vais m'évertuer à chercher la mire de l'Observatoire, bien plus rapidement identifiée que le très discret médaillon "Arago". C'est ici en effet que l'on a voulu marquer le passage du méridien de Paris, à l'époque méridien de référence international. 

C'est donc à la sortie de ce parc que s'achève ma randonnée de six heures quarante pour au final 21,5 kilomètres. Il me reste à reprendre le RER pour retourner récupérer ma voiture avec la bonne surprise de ne pas avoir à acquitter le montant du parking, souvenez vous les barrières d'entrée étaient levées...

La randonnée était à suivre en live grâce à la page "Géolocalisation : où suis je" ainsi que la page du site "Runtastic" ou certaines de mes fidèles lectrices et je les en remercient avaient pris soin de me gratifier d'encouragements divers et variés...

Le parcours a été alimenté en photo directement "en live" :



dimanche 26 mai 2013

45 Les Bordes, Val et forêt 19,4km

Dimanche six heures, je suis debout ! Alors autant en profiter pour me rendre sur le site de ma randonnée dominicale car j'ai l'intention de parcourir un petit peu moins de 20 km près du village "les Bordes" même si pour le coups le circuit fera tout le tour de Bray-en-Val. Le ciel est bien dégagé pour preuve le pare brise est recouvert d'une fine pellicule glacée ! Le sac est complété d'une bouteille d'un litre et demi d'eau, d'un paquet de gâteaux et d'une pomme. Me voici sur la route pour rejoindre mon objectif sur les coups de sept heures afin de terminer la randonnée vers midi.

Départ de l'église pas un chat dans le village seules quelques voitures passent au loin et déjà direction le moulin pour la découverte d'une géocache. Il s'agit d'un moulin récent car il date de 1985, il semble avoir fait l'objet d'une construction d’après les souvenirs du propriétaire ! Le déloge la boite après en avoir fait quelques tours. En effet sur ce spot pas moins de trois boites, une ciste (autre jeu sur le même principe que le géocaching), une fausse géocache de l'office du tourisme local et la géocache officielle. Heureusement le camouflage de la boîte ne laisse pas de doute sur le logbook à signer car je connais bien le poseur.


Je reprends mon chemin pour rejoindre le PR Val et forêt alors qu'un paon s'évertue à m'appeler Léon ! Le chemin des bœufs est une alternance de goudron et de sable en légère montée. Le soleil est bien présent et même à huit heures et quart les petites zones ombragées des lisières se font plus fraîches. Les champs récemment "tondus" font la joie des oiseaux qui semblent y trouver là un petit déjeuner copieux. Passage devant la ferme où les vaches à l'abris me regardent étonnées de voir quelqu'un à cette heure. Le contournement de la ferme équestre permet d'observer quelques canassons...

Il me faudra traverser quelques lieux dits bien calmes pour atteindre la forêt au nord de Bray-en-Val. La jeune chênaie laisse rapidement place à des congénères biens plus âgés le long du sentier qui file jusqu'au moulin Saumaire en passant sur une voie ferrée vraisemblablement désaffectée.

Au dixième kilomètre au niveau du moulin Saumaire on peut observer un superbe spécimen de séquoia géant ! Les premiers signes d'encouragements tombent sur mon smartphone, il sont bienvenus car il me faut longer la seconde partie de "la Grive" alors que le chemin n'est pas entretenu. Du coups je suis rapidement trempé jusqu'aux genoux. S'en suis tout un dédale de chemins et routes le long de champs de salades. Après la salade place aux fruits, les poires et pommes sont au début de leur vies... Je quitte le PR Val et forêt pour rejoindre le "Chaumechou" afin de faire le tour sud des "Bordes". Une petite côte (elle porte bien son nom) , un chemin boueux et un mini tunnel me permettrons d'arriver à l'étang du petit moulin où un pêcheur semble décimer un banc de petits poissons...

Retour à la voiture à l'heure prévue. Je note que la batterie auxiliaire branchée depuis le début est encore au trois quart. J'avais pour l'occasion laissé la position GPS active en fond de tâche pour que la page "Géolocalisation" soit active (petit test pour le 2 juin sur Paris).

Au final une randonnée de 19,4 km avec une température un peu fraîche mais par moment avec un ciel dégagé...



dimanche 19 mai 2013

45 Trainou, Château de la Roncière 8,5km

Direction Trainou ce dimanche pour une nouvelle rando-géocaches. Deux nouvelles caches à déloger en suivant un petit parcours qui doit me permettre de récupérer les indices pour une petite multi de mon amis Bernard...

Je laisse la voiture sur le parking quasiment désert non loin de l'église. Direction le château d'eau pour rattraper le chemin qui doit me mener au château de la Roncière. Je croise un peu de monde qui se rend à la boulangerie pour y chercher le pain dominical, puis me voici dans un impasse. Le chemin qui doit me mener au château va progressivement passer de la route au chemin quasiment peu fréquenté ! Les lieux dits que je croise sont au calme et le dernier fait même gite de France. Je longe maintenant de grands champs champs et j'aperçois au loin sur le droite la ferme qui borde le domaine du château.

J'arrive non loin du château et déloge la première cache "urticante" rapidement. Le château, privé doit faire l'objet d'une grosse remise en état s'il doit résister à l'épreuve du temps car actuellement il fait peine à voir. Je décide de faire le tour d'un bois pour ne pas rebrousser simplement mon chemin. Lors de sa traversée je surprend trois beaux cervidés dans un chemin. Naturellement ils me surveillent puis me fuient... Arrivé presque au bout le chemin qui était déjà bien gras se termine défavorablement et il me faut emprunter un chemin virtuel dans le prés pour rejoindre la route.


Inutile de dire que je suis trempé jusqu'aux hanches et qu'arrivé sur le chemin je découvre médusé que de nombreux tics ont décidés de faire un bout de chemin voir plus si affinité... Manque de chance pour eux comme à mon habitude j'ai toujours un pantalon de randonnée beige en forêt, ainsi au fur et à mesure de leur progression ils sont vite repérés et aussitôt mis "hors de danger".

Les indices notés sur le chemin du retour me permettent de calculer la formule permettant de trouver les coordonnées de l'emplacement de la cache. Avant d'arriver au bord de l'étang de Trainou il me faudra une fois de plus contenir ma rage de voir un chien littéralement me foncer dessus alors que son propriétaire est à une bonne centaine de mètres de moi ! Heureusement le Husky et docile et après avoir fait le tour de ma personne, il retourne tout aussi vite vers son "maître"... J'arrive à l'étang et je découvre de nombreux pécheurs installés pour certains depuis la veille affairés à taquiner le poisson. Je profite pour faire une belle phot de cet étang aux couleurs verdâtres. Le retour sera rapide notamment par le passage dans une petite venelle pour déboucher sur le sortie de l'église où tout le monde semble profiter d'un café gâteaux... De mon coté j'ai débusqué la seconde cache, il est temps de rentrer !

Au final une randonnée de 8,5km avec une température un peu fraîche mais pas de pluie ...



mercredi 15 mai 2013

91 Boigny-Baulne, Étangs et chapelle St Blaise 10,5km

Fin du boulot, alors je décide de faire un petit parcours pour déloger quelques géocaches ! Je me rend donc sur le site de Baulne non loin de La Ferté Alais où la veille je sévissais déjà... Peu très sûr au départ de faire beaucoup de kilomètres je pose la voiture sur un petit parking déjà presque plein. Un collègue m'a parlé de la partie qui longe l'Essonne et notamment des nombreux petits cabanons dont certains sont à vendre.

Premier site où je dois me rendre, les hauteurs du bois de la justice au Sud de Baulne. J'emprunte le PR qui s'il reste plat va finir par vite tourner à la bonne côte à grimper avant de rattraper le GR11. Arrivé sur les hauteurs j'ai tout loisir pour observer sur le site une salle immense sous une plaque de grès. La première cache sera délogée non loin assez rapidement. Pour le retour j'emprunte un petit sentier qui longe un peu plus le bord de ce mamelon sans pour autant disposer d'une vue sur le lieu dit.

Je retrouve le chemin emprunté pour la montée puis avant de rentrer dans Boigny je décide de poursuivre mon chemin sur le PR avec en point de mire les ruines de la chapelle St Blaise puis un autre mamelon du coté du château du grand Saussay.


Je remonte donc sur le PR05 le long de multiples étangs dont ceux de St Blaise. Le cheminement est agréable et je découvre donc les fameux "cabanons" dont on m'avait parlé. Certains sont mieux agencés que d'autre et on semble y trouver toutes les commodités pour y passer d'agréables moments de détente au bord de l'eau. Si certaines cabanes sont faites de bric et de de broc d'autres font office de véritables chalets gardés via des systèmes de télésurveillance, tout du moins c'est ce qu'il est fait état...

Je retrouve la ligne du RER et les campings qui pour l'heure ne sont pas occupés. J'arrive à la ruine de la chapelle. La cache est rapidement délogée. Il ne reste pas grand chose de cette chapelle qui semble-t-il appartenu à l'ordre des Templiers. Je poursuis ma route vers l'entrée du château de Saussay qui date du XVIII ième siècle. Vu l'heure inutile de tenter une approche, donc pas de photos de ce lieu qui peut être loué ! La cache qu'il me reste à découvrir va m'emmener faire un petit tour sur le mont Saussay où l'on retrouve les pierres caractéristiques de cette région dont j'ai commencé la découverte en forêt de Fontainebleau.

Premières informations devant le panneau d'entrée du parc, puis il faut maintenant grimper un peu pour récupérer le reste des indices sur le sommet prés des citernes. Formule calculée à l'arrache sur un ticket de courses et hop direction la cache qui sera délogée à la lueur de la lampe du smartphone. Il est 21h20 je suis en pleine forêt il serait temps de rentrer.

La sortie sera rapide mais le temps qui était pourtant agréable vire radicalement. La veste et le bonnet sortent du sac car la pluie s'invite sur le retour que j' décide de faire au plus court. Finalement j'arrive à la voiture au bon moment car cette fois se sont des trombes d'eau qui s'abattent du ciel.

Au final une randonnée de 10,5km avec une météo changeante...



dimanche 5 mai 2013

41 Thoury, chemins et étangs de Sologne 23,5km

Départ de Thoury sur le GR des châteaux, le ciel est nuageux et un petit vent frais ce fait présent ! Je quitte rapidement le bourg pour trouver les champs de "boutons d'or" et de coquelicots une ambiance assez bucolique.

Au troisième kilomètre les chemins verts laissent place au sable fin sous les arbres pour ensuite passer à un mince passage un peu gras. La forêt est dense et il m'est impossible de savoir quel animal vient de se lever pour filer à ma droite même si j'ai aperçu non loin des traces de cervidé. La confirmation se fera trois cent mètres plus loin où un beau cerf déboule de ma droite sur le chemin. Affolé il pique un sprint puis après deux trois zigs zags s'engouffre sur la gauche. Un superbe spécimen qui laissera de belles traces sur le chemin.

Après la traversée de la départementale 22 voici une grande ligne droite qui ne fera que monter (attention le dénivelé de folie au moins 23m). Ici le chemin est en craie, autant dire aucune souplesse dans les amortis ! Les oiseaux s'égosillent en se racontant les dernières nouvelles alors qu'au sol les jeunes pousses de fougères commencent à prendre la relève de leurs sœurs largement grillées et brisées par les eaux de pluies de ces derniers mois.

Avant d'arriver à l'étang MontPerché (ou MontPercher), j'aperçois sur ma droite une muraille qui vient presque à ma rencontre. Haute de trois mètre il s'agit du mur du domaine de Chambord. A quelques centaines de mêtres on trouve le pavillon de Montfrault.

L'arrivée à l'étang se traduit par la recherche d'une des deux caches disponibles aux alentours ! Petites photos de l'étang sur le ponton et les recherches peuvent démarrer. Elles ne vont pas durer longtemps car les coordonnées ne laissent pas de place à l'interprétation, je mets la main sur la boîte, me note sur le logbook et procède aux échanges, je gagne un Travel Bug ! Toujours sur ma déviation je file au carrefour de la maison forestière du roi de Pologne pour déloger la seconde cache où il faut cette fois procéder à de rapides calculs pour trouver la boîte. De superbes séquoias centenaires !


Retour le long de l'étang que je décide de contourner en suivant les GR31 et GR3C que j'emprunte depuis la maison forestière. Il est midi lorsque j'arrive à nouveau sur l'itinéraire initial et le soleil commence à poindre le bout de ses rayons, j'enlève donc ma veste polaire alors que des ribambelles de grenouilles sautent dans les fossés encore hauts en eau. Il est temps (enfin même trop tard à en croire ma tête au retour) de mettre mon chapeau !

Peu avant le onzième kilomètre impossible de voir le petit étang de la Varenne, mais sa présence est confirmée car le chemin se transforme en mini marécage, il me faut parfois contourner en forêt pour être moins sujet à la glissade. Au quatorzième kilomètre l'étang et le château de la Chevroliére étant privés et ne sont pas suffisamment visibles pour faire une photo je fais une petite embardée pour le Grand Étang Maraché.

Lors du passage aux étangs des Veillas quelques nuages jouent avec le soleil, du coup je les capture dans les reflets. A partir des Veillas je quitte les GR pour monter plein Nord par le chemin vicinal 3 et rattraper de GR du Pays de Sologne, enfin quand je dis "je quitte" c'est plutôt mon inattention qui me fait faire une petite erreur topo de 90°. Lorsque je me rend compte de mon erreur, je fais une petite analyse, entre le temps qui semble virer et mes pieds qui me disent "holà le gueux, tes grolles avec ces nouvelles semelles se sont leur première grande sortie !". Coté carte le chemin remonte au Nord par une longue ligne quasiment droite. J'opte pour cette solution qui grignotera quelques kilomètres mais au final ce sera la bonne solution car l'orage qui grondait au loin arrivera dix minutes après mon arrivée !

La remontée sera monotone pour même finir par une bonne portion de bitume ! Je me retrouve près de la Cordellerie une belle bâtisse. Nouvelle photo de la pièce d'eau située en face et me voici vers l'Ouest en direction de Thoury. Le retour par le GRP Sentier historique de la vallée des Rois sera un peu plus habité. Je vais devoir une fois de plus combattre mes démons car ici les chiens sont de bons gardiens... Deux épagneuls que je trouve plus grands que la moyenne mais en tout cas très agressifs arrivent du fond du grand (heureusement) jardin. C'est qu'ils sortent en plus ! Mais je suis, selon toute vraisemblance hors de la zone de danger !

L'arrivée se fera sous un ciel menaçant et de gros nuages presque noirs arrivent par l'Est. Je termine par le contournement de Thoury pour retrouver ma voiture. Naturellement il est temps de terminer mon repas car j'ai un peu puisé dans les ressources...

Au final une randonnée de 23,5km avec à nouveau une très belle météo même si l'orage me chassait sur la fin...



dimanche 21 avril 2013

45 Fleury-les-Aubrais, la citadine verte 6,6km

C'est encore une belle journée qui s'annonce ! Mais j'ai une contrainte aujourd'hui car nous recevons du monde alors mon rayon d'éloignement est limité. Qu'à cela ne tienne il me reste quelques randonnées citadines dans ma besace. Je suis donc rapidement sur site mais les températures ne sont pas très chaudes alors je garde mon pull sur le dos. Durant cette randonnée il va me falloir être attentif car les signaux jaunes du PR qu'il va falloir suivre ne seront pas forcément faciles à débusquer.

J'apprends qu'avant 1907, il s'agissait en fait de Fleury-aux-choux qui avait d'ailleurs pris la succession de Fleury-sur-Loire. Une haute autorité en visite pouffant de rire en entendant ce nom fut semble-t-il un accélérateur à ce changement de nom qui pris le nom de gare.

La circulation est encore calme, même en passant au dessus de la nationale 60. Arrive le chemin des écoliers où débute la partie verte de cette randonnée. Tout du long l'alternance citadine et parcs verts offre une agréable rando. La partie Nord offre un premier parc avec le contour du parc de Lignerolle. Il est bien dommage que les services d'entretien de fassent pas un effort sur la partie à proximité des petits immeubles. Tout un tas de choses diverses et variées flottent à la "surface" de la pièce d'eau.


Retour sur la passerelle de la N60 pour filer vers un parc aux allures biens plus entretenues : celui de l'Ermitage. L'imposante harpe sur le rond-point attire l’œil et même si ces cordes sont détendues cela reste sympathique. Quelques personnes prennent le soleil sur les bancs, il est d'ailleurs temps d'enlever le polaire. Ici le marquage se cache sous les bancs et il faut avoir l’œil pour rester sur le bon circuit. Le passage de la partie "le Coin Rond" est tout aussi agréable en passant par les mails via une large allée verte qui donne la vue sur les jardins des maisons en bordure.

Après le boulevard de Lamballe un dernier petit parc à coté de "la Passerelle" un haut lieu de la culture Fleuryssoise. Il contient un petit "théâtre de verdure" au centre duquel on trouve un échiquier géant. Ce sera la dernière partie verte de la randonnée. S’enchaîne l’extrémité de la voie du tramway puis en remontant vers le Nord il faut traverser le marché de Lamballe. Ici on retrouve la foule qui vient s'approvisionner sur des produits aussi variés tels montres et sous-vêtements qui sont délaissés aux profits un peu plus logique en ces temps de crise aux étales alimentaires. Me voici de retour sur le parking, il ne reste plus à retourner chez moi pour la remise en condition avant que les invités n'arrivent.

Au final une randonnée de 6,6km avec à nouveau une très belle météo...



dimanche 14 avril 2013

45 Saint-Cyr-en-Val, le Morchêne et son château 9,1km

Un superbe ciel bleu alors zou je file en randonnée (comme si la météorologie avait influé le rythme de mes randonnées dominicales). Je décide de me rendre sur un lieu où j'ai déjà œuvré dans le cadre du géocaching grâce à l'ami Campa sur une belle série de caches qui m'avait tout de même demandé de passer deux fois. Il me faut un peu plus de trente minutes pour rejoindre le parking de l'église et m'apercevoir qu'un petit marché est en place sous la belle halle.

Normalement l'itinéraire sur lequel je vais randonné ne démarre pas d'ici mais du parking du nouveau cimetière. Mais comme je connais le coin une petite rallonge ne fera pas de mal surtout avec cette météo. Je suis tellement content que je décide d'abandonner ma veste sur le siège arrière de la voiture. Hop le sac sur le dos, le topo guide en main, j'ai même les lunettes sur le nez (hé oui mes beaux yeux bleus ne sont pas habitués). Il est neuf heure et je file vers le cimetière.

Il fait bon et les oiseaux s'en donnent à cœur joie. Même les gens que je croise sont d'humeur joyeuse et les formules de politesses fusent, quel bonheur... Direction les bois de Reyville par un petit sentier un peu vert. Une fois la route traversée le sentier se faufile entre les arbres ce qui reste bien plus plaisant que les longues allées bien droites. Le Morchêne d'habitude un tout petit cours d'eau est actuellement encore gonflé par les pluies de la semaine dernière. Son débit reste assez impressionnant ce qui ajoute un petit plus même si ces eaux sont chargées et brunâtres.   


Quelques petits ponts puis une départementale plus loin c'est maintenant le temps de se diriger vers les bois du Chapeau à Trois Cornes. D'immenses bâtiments industriels truffés de caméras sont ainsi contournés toujours par un sentier qui serpente entre les arbres en laissant la départementale sur la droite. Je croise quelques sportifs, me fait doubler par deux sportives et tombe presque nez à nez avec un VTTiste qui cherche son chemin avec son marmot coincé entre le sac à dos et le siège ! 

Peu avant la gare de St Cyr, le chemin reprend plein Est dans une belle partie forestière où se trouve d'ailleurs un petit parcours de santé. L'arrivée sur le parc du château de Morchêne se fait en arrivant sur le coté d'une grande retenue d'eau. L'itinéraire contourne le château, propriété de la commune de St Cyr en Val. Il s'agit d'un petit château qui possède plusieurs salons et une cuisine pour une superficie d'environ deux cent mètres carrés qu'il est possible de louer pour diverses occasions. On trouve encore sept châteaux de nos jours dans Saint Cyr...

Devant le château entre mai et juin il est possible d'admirer de très nombreuses variétés d'iris. En effet une grosse partie de la collection issue du parc floral de la Source a été replantée ici. Après le château je reprend  ma route et longe la retenue d'eau pour remonter ensuite vers le cimetière. Il ne me reste plus qu'à rejoindre l'église pour retrouver la voiture et ainsi achever cette belle randonnée !

Au final une randonnée de 9,1km avec une très belle météo...



mardi 9 avril 2013

91 St Maurice Montcouronne, 6,4km

Une petite randonnée en semaine ! La visibilité devient acceptable pour faire des randonnées après le travail même si la météo reste capricieuse...
Après quelques minutes de route j'arrive à Saint Maurice Montcouronne un village d'un peu plus de 1600 âmes. Ici le GR111 traverse le village et même la présence d'un parking pour les randonneurs est signalé par des panneaux. Le ciel est gris et il n'est pas exclu que je prenne la pluie !

Je rattrape le GR de pays du Hurepoix qui sillonne sur ce territoire entre vallées et plateaux. Je traverse le bois de Bouguignette lorsque les premières gouttes tombes par ci par là... A la sortie du bois c'est une toute autre histoire, le chemin se fait bien plus gras; Le contraste est saisissant ! En effet à ce moment là je longe le golf du Club Français : à droite la foret peu pénétrable, à gauche l'herbe verte qui semble bine plus moelleuse qu'une moquette épaisse. Mais moi il me faut alterner entre petits pas et sauts de cabri pour ne pas finir dans les flaques... Ceci sans compter sur les branches basses et la pluie qui se fait bien plus présente maintenant !


Quelques oies gardiennes de la marre du terrain de golf  semblent se demander ce que je fait là ! La pluie s’arrête avant que je n'entre dans les bois des Bouleaux et un bel arc-en-ciel se laisse capturer. Durant la traversée de Monteloup je tombe sur deux petites pompes "fontaines". Étonnante cette possibilité de tirer de l'eau, mais si je n'ai pas fait le test en réel, il faut dire qu'en ce moment il en a assez...

Je retour s’opère par le GR111 une fois récupéré le lieu dit "la touche". Ici les maisons sont gardées par des chiens qui une fois de plus me font bien savoir qu'il ne faut pas s'écarter du chemin. Un promeneur avec un petit équipage de deux jeunes chiens de traîneaux à d'ailleurs un peu de mal à éviter la déconcentration du binôme .. Le parking laissé vide au départ est maintenant complet et il me faudra faire quelques manoeuvres pour sortir !

Au final une randonnée de 6,4km avec une météo mitigée...



dimanche 7 avril 2013

45 Saran, le PR de Chopin 8,5km

Je profite de la maintenance d'une de mes caches prés du chêne brûlé pour démarrer directement une randonnée en apercevant un balisage de PR fraîchement posé. Il y a eut un peu de bûcheronnage ici, les abords  des chemins sont "nettoyés" et la souche qui abritait ma boite a eut la visite d'un arbre qui c'est allongé de tout son long... Même en sachant où se trouve ma boite il me faut quelques minutes avant de pouvoir la déloger. Du coups je déplace la cache...

Je file à coté d'un immense séquoia et je remonte sur les méandres forestiers que j'ai déjà eut l'occasion de parcourir. Je ne connais pas du tout où va me mener le parcours mais je pense qu'il devrait faire entre 5 et 10 kilomètres. Je rencontre du monde sur les chemins car la météo est favorable à la promenade.


Peu de choses à dire sur cette randonnée, les chemins se succèdent et seule la maison forestière brise un peu la monotonie des grandes allées forestières. Je profite d'un champ des nombreuses jonquilles pour faire un bouquet. La partie Nord reste la plus intéressante car le sentier se faufile entre les arbres.

Au final une randonnée de 8,5km...



mardi 26 mars 2013

38 Alpe du Grand Serre Randonnées en raquettes, 30km

Un petit séjour d'oxygénation entre collègues sur la commune de "La Morte" alias l'Alpe du Grand Serre... On quitte la capitale en TGV le samedi matin pour arriver au final vers midi dans cette petite station hivernale. Nous prédécesseurs semblent avoir eut de la chance avec un beau ciel bleu durant tout le séjour, ce qui ne sera pas notre cas avec parfois une visibilité quasiment nulle.


Mon but lors de cette séance sera de parcourir l'ensemble des circuits de raquettes disponible.

Le repas commun des "montants" et "descendants" est composé d'une riche raclette. Départ de la première bordée, tandis que je file avec Valérie une collègue louer nos raquettes. A peine en main nous filons vers le circuit R2 que j'ai eut l'occasion de parcourir il y a un an.

R2 : Le Bois Faudant

Une petite randonnée qui va permettre de se mettre en jambe ! Même si elle est courte il ne faut pas négliger le dénivelé positif qui va se faire d'entrée de jeux. En effet après la clairière où les petits skieurs s'adonnent avec patience aux début de leur passion, l'entrée dans le domaine forestier annonce tout de suite la couleur. La montée se fait d'une traite pour se placer sur la pente des bois Faudant. Le balisage a été revu et la signalétique est bien visible. Arrivé à l'extrémité la descente est bien prononcée. Une rapide pause et on repart sur nos raquettes. Une nouvelle montée bien plus douce (mais bien plus longue) s'offre à nous. Une belle randonnée où l'on a pas eut besoin d'enlever nos chaussons des neiges. Ce sera tout pour aujourd'hui nous allons profiter de la soirée et passer une bonne nuit !

Annoncé : 2h00 au départ du col, facile (réalisée en 1h30)
Distance : 2,47km facile
Dénivelé positif : 277m
Dénivelé négatif : 276m
Point haut : 1480m
Point bas : 1336m



R3 : La boucle des Souillets

Seconde journée et randonnée du séjour. Cette fois c'est en solo que je file sur les traces de ce circuit. Ici la particularité c'est de faire attention aux pistes de ski de fond, "à chacun sa trace...". Une fois de plus le circuit est bien balisé. La bonne visibilité à mon niveau car les sommets sont cachés et les traces de rando-raquetteurs permettent lors de deux passages sensibles permettent de poursuivre sans réelle difficulté ce parcours aux montées douces... Un beau circuit qui permet de de faire le tour du mamelon le Souillet. Seule la travesée du lieu dit "Le Désert" doit se faire sans les raquettes. Une belle vue sur le Grand Serre à la clé avant de rentrer au chalet pour le déjeuner...

Annoncé : 3h00 au départ du parking, assez facile (réalisée en 2h00)
Distance : 4,92km
Dénivelé positif : 240m
Dénivelé négatif : 240m
Point haut : 14250m
Point bas : 1349m



R4 : Le circuit du Louvet

L’après midi vient le tour de la troisième randonnée du séjour. Toujours en solo avec une météo peu généreuse en visibilité je m'attaque à un circuit prometteur normalement avec un beau balcon sur le GR50 mais qui sera fermé au final par un brouillard épais. La petite cascade est rapidement atteinte, puis ce sera la montée vers le balcon en passant non loin de la via ferrata de la cascade et celle du grand Bec. J'arrive sur le point haut "Le Louvet", deux collègues sur la même piste file m'ont rejoint et poursuivent vers le pré des Dames. Je profite de la vue sur le cirque où se cache le lac du Prévourey sous un épais manteau blanc de prés de deux mètres. Direction le chemin Bonniot puis je retrouve la route "du Poursollet" fermée chaque hiver. Il faut dire que la barrière présente devant moi est à hauteur de neige... La descente est un peu rude en raquette mais elles sont indispensables...

Annoncé : 3h00 au départ du col, difficile (réalisée en 2h30).
Distance : 5,98km
Dénivelé positif : 446m
Dénivelé négatif : 446m
Point haut : 1635m
Point bas : 1355m




R5 : Les balcons de la Romanche

Une nouvelle journée commence et aujourd'hui des collègues qui déçus par la météo me demandent  s'ils peuvent se joindre à moi pour cette journée ! Alors "Sacs sur le dos, grolles, enfin plutôt raquettes aux pieds et en avant compagnons ..". Ce matin ce sera à nouveau le R3 histoire de mettre mes trois collègues en mode découverte et échauffement. Aucune visibilité si bien que sur le haut des Souillets il me faut utiliser la cartographie embarquée pour déterminer le bon itinéraire et retrouver après deux cent mètres le balisage ! On y voit pas à moins de cinquante mètres par moments. Tout le monde sera content de cette randonnée.

Cinquième randonnée du séjour et l'annonce d'une randonnée un peu plus difficile ne freine pas mes collègues dont un nouveau membre s'ajoute au groupe. Trente minutes après le déjeuner nous voici donc à cinq sur la route du Poursollet. Nous effectuons donc une montée qui nous met en température sur presque deux kilomètres avant d'arriver sur le site du départ de la randonnée. Cela tombe bien il nous faut mettre les raquettes, que nous ne quitterons plus avant le retour. On quitte la route et nous voici sur un chemin à flan de la montagne. Pour certains passages je demande à mes compagnons de randonnée d'espacer un peu les distances car l'absence d'arbre sur flan gauche cumulé à cette neige qui semble ne demander qu'à descendre encourage à la prudence. La pente douce va contraster avec la montée qu'il va falloir amorcer au bout du chemin ! Il faut reprendre cinquante mètres de dénivelé positif en mode limite escalade en plantant nos raquettes. Bref un bon moment de rigolade !

On retrouve la route puis il faut attaquer une seconde montée de prés de cent trente mètres pour arriver quasiment à une altitude de 1700m ! Pas de traces dans cette montée, je suis devant et il faut fournir l'effort ! La délivrance arrive et nous rattrapons le chemin Bégoud qui nous mènera aux Fontenettes à 1750m d'altitude. Le retour s'amorce et le passage au Pré des Dames va nous laisser de bon souvenirs. Alors que quelqu'un a lancé que le balisage étant impeccable, nous voici à faire la trace, enfin me voici à faire la trace... Une neige fraîche très épaisse où je m'enfonce de prés de trente centimètres avec les raquettes ! Après le mini découvert nous voici entre des résineux sans aucun balise. Le temps de vouloir faire le point topo et voici qu'un collègue décide de voir plus bas, et nous entraîne dans le sillage. Je stoppe la progression générale et je reprends un peu le rôle de guide à l'aide de ma cartographie auto-orientée. On file en zig-zag à travers les sapins, pas le temps de relancer la trace GPS car je sais qu'elle vient de s’arrêter (cf. la carte le beau trait droit !). On n'est pas mécontent de retrouver le chemin Bonniot, même si cette descente sous tension et dans cette poudreuse finira par nous laisser un très bon souvenir...

 Le reste de la descente se fera sans soucis par le retour sur le R4. En effet une patte d'oie permettant de rejoindre La Morte soit par le départ du R5 situé à moins de deux cent mètres, soit par le R4. Après avoir posé la question, le groupe décide unanimement : la cascade et le R4. Nous arriverons facilement à la cascade où l'on prendra quelques photos et hop direction le chalet pour un dîner bien mérité !

Annoncé : 4h00 au départ de la barrière de la route du Poursellet, difficile et longue (réalisée en 3h00).
Distance : 8,71km
Dénivelé positif : 601m
Dénivelé négatif : 901m
Point haut : 1751m
Point bas : 1345m



Mardi, dernier jour, Il reste quelques heures avant de rendre le matériel alors une mini randonnée sur la zone du R1 de la cascade permettra de remettre les jambes d'aplomb ! 
Au final un peu plus de 30km de randonnée en raquettes...