Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

dimanche 30 décembre 2012

45 Cléry-Saint-André, Au Nord de Cléry 7,8km

Le réveil est matinal, à 07h15 je suis déjà dans la voiture. Une seule chose est sûre c'est ma destination : Cléry-Saint-André. Je veux voir la basilique et trouver une randonnée aux alentours.

J'arrive sur le site vers 08h00, pas trop sûr du lieu je fais un peu le tour du bourg pour dégoter un parking un peu plus loin que la basilique. Le ciel est bien dégagé et je remarque au bout du parking un marquage PR. Pas de parcours sur la cartographie "embarquée" alors je décide de suivre celui-ci en espérant ne pas faire un parcours de 30km !

Il ne fait pas chaud et le vent est très présent. Je remonte le long de sentier balisé et après quelques croisements je m’aperçois que j'ai déjà fait une erreur "topo" ! Enfin non puisque je n'ai pas de carte... La partie du bourg que je traverse est constituée d'anciennes maisons et certaines cours donnent une impression d’arrêt du temps. Le circuit file vers le Nord et je suis toujours dans le doute sur la distance à parcourir.


J'arrive à St-André et je tombe sur un panneau annonçant le PR du même nom et une distance de 8km ! Seulement est-ce celui sur lequel je chemine depuis tout à l'heure ? Le doute persiste... Je continue sur le balisage qui croise aussi celui du GR655 Est. Les champs et vergers qui m'entourent, n'aident pas à combler le balisage. Me voici entrain de pester ! Il me faut prendre une décision en dessous d'Azennes : je bifurque à droite. Au bout pas d'indications, j'en déduis qu'il fallait prendre tout droit, hop sur la gauche toujours vers le Nord.

Au final je retrouve un balisage arrivant en face et qui file vers ma droite, donc certainement le chemin de retour vers la basilique. aux vues de la distance parcourue je décide de suivre ces nouvelles indications. Le retour se fera par une succession de chemins et de sentiers. Sur le final je quitte le circuit pour passer près de la basilique où une petite visite s'impose afin de voir le tombeau de Louis XI !

Au final une petite randonnée de 7,8km par un temps très venteux.



dimanche 23 décembre 2012

45 Saint-Jean-de-Braye, Loire et venelles 6,3km

Ce matin le réveil naturel tourne autour de huit heures trente et la mise en route reste un peu longue. Je suis indécis car la météo de ces derniers jours, dont celle catastrophique de dimanche dernier n'est pas favorable à se lancer sur les chemins boueux. Je décide de parti vers Saint-Jean-de-Braye pour voir ce qu'il en est de ces venelles.

Me voici donc après avoir laissé mon véhicule sur un petit parking place des châtaigniers sur le bord de Loire. Le niveau est impressionnant, même le canal est à son niveau le plus haut. Le temps est gris et le vent est assez présent mais ils ne semblent pas décourager les promeneurs et sportifs qui se croisent ici. Après quelques centaines de mètres sur le bord de Loire je remonte plein Nord pour retrouver le parc des longues allées que je prends plaisir à parcourir. 


A partir de la mairie de St Jean de Braye j'arrive sur un parcours plus atypique entre parcs et venelles. Le parc dispose d'un bassin qui n'est plus en eaux actuellement, mais il comporte de nombreuses oeuvres dont vous retrouverez certaines en photo. Je m'attarde dans ce parc car dans le cadre du géocaching plusieurs indices sont à relevés. Mais impossible de loguer la cache, en fait elle est "archivée", pas grave j'aurais fait de belles découvertes. 

Arrive le temps des venelles, et comme je remonte sur les traces d'un balisage il n'est pas évident de trouver de suite tous les croisements. Je trouve toujours amusant de se promener en passant par des venelles. Quand elles ne sont pas "glauques" ou simplement entre deux murs on se demande toujours sur quoi on va tomber au prochain virage. Ici elles donnent souvent la vue sur les jardins des propriétés adjacentes. Je retrouve la Loire en passant par le point le plus septentrional ! Une borne est en place pour marquer ce fait et juste à coté se trouve un petit théâtre extérieur. Je longe la Loire et retrouve à l'heure de la sortie de la messe le parking où je suis garé.

Au final une petite randonnée de 6,3km par un temps mitigé.



dimanche 9 décembre 2012

45 Châteauneuf-sur-Loire, le parc départemental 4,6km

Ce matin il fait froid ! Prés de 2° lorsqu'il me faut gratter les vitres de la voiture. J'arrive sur le site de cette mini randonnée car il me reste quelques caches dans ce beau parc du château de Châteauneuf. Il comporte de nombreux chemins qui permettent aux promeneurs de passer plusieurs heures sans s'éloigner de nombreux kilomètres. 

Je décide de ne pas me garer prés de l'entrée du château mais dans la rue des fontaines. Un très beau puits d'ailleurs m’accueille avant d'entrer dans le parc. Le givre est bien présent et mieux vaut se méfier lors du passage sur les passerelles. La première partie de me fait passer devant le temple de l'amour, un édifice réhabilité en 2008 pour une pause romantique...

Il est possible de choisir de passer par le sous bois ou de longer le bord de la pièce d'eau. J'opte pour le bord de l'eau tout en étant prudent car une partie du chemin est remplacé par un cheminement de type passerelle. La pièce d'eau est gelée ce qui n’empêche pas quelques colverts de fuir devant mon passage.


A la pointe du parc je décide de sortir pour voir la Loire ! Le niveau est haut et le débit impressionnant. Retour dans le parc pour continuer à longer les pièces d'eaux dessinées par "Le Notre". Je tombe sur une série d'ouvrage permettant à l'eau de s'écouler depuis les douves du château vers la Loire dont le dernier dispose d'un clapet anti-retour pour éviter que les crues viennent inonder le parc. Ici il faut faire attention où l'on pose les pieds en dehors des chemins car de nombreuses sources ressortent dans ce parc.

Je tombe sur un petit kiosque en chêne couvert d'un toit d'ardoises, un bien bel ouvrage. J'arrive dans la partie liée à l'arboretum. Certes en cette saison il n'est pas évident de pouvoir admirer toutes les espèces végétales présentes. S'il est célèbre pour ces rhododendrons on peut y trouver sophora, maclura, tulipiers, magnolias géants, ginkgo biloba, et cyprès chauves… De très beaux spécimens dont certains sont imposants.

Le retour se fera après un petit détour par le château est un passage prés du musée de la marine que j'avais déjà eut l'occasion de visiter l'an dernier. Je me retrouve au milieu d'un groupe de randonneurs retraités qui semble revenir du GR3 plus vers l'Est.

Au final une petite randonnée de moins de 5km par un temps des plus frais.



dimanche 2 décembre 2012

45 Germigny-des-Près, l'Oratoire Carolingien 9,7km

Hier soir un petit tour sur mes topos pour savoir vers quel secteur je vais me diriger pour cette randonnée dominicale. Germigny-des-Près attire mon attention. Bien que situé prés de Châteauneuf-sur-Loire la N60 diminue le temps de route.

La randonnée démarre sur le parking près de l'oratoire carolingien, une superbe bâtisse qui vous laisserait penser que vous êtes dans le sud ! Cet édifice appelé aussi église de la Très Sainte Trinité a été construit de 803 à 806 ce qui en fait une des plus anciennes église de France. Il faudra de nombreuses modifications au fil des siècles pour au final obtenir cette impressionnante basilique.

A la sortie du bourg je quitte le sentier balisé car une petite géocache s'annonce sur un petit itinéraire bis. La cache est délogée et je reprend ma route en croisant une joggeuse d'un âge certain, écouteurs dans les oreilles ! Formules de politesses et hop chacun sont rythme, chacun son chemin !


Je passe "La Prieurée", un ensemble de fermes agricoles baignées par la lumière du soleil qui émerge doucement au dessus de la brume.

Le ciel se dégage ainsi que la légère brume au fur et à mesure que j'approche de la Loire. Si les détonations lointaines me laissent penser que les chasseurs sont actifs, en passant "La Malette" je me fais surprendre par deux tirs sur ma droite. Trois chiens surgissent des fourrés pour emporter la malheureuse victime ! Les deux chasseurs ont d'ailleurs toutes les peines du monde à faire lâcher prise.

À "Bourtons" je retrouve de GR3. Entre les poules et les pigeons, quelques coqs décident de faire la loi et rappellent à tue tête que le soleil est levé ! Le ciel semble à nouveau se couvrir alors la Loire est toute proche.

Après quelques minutes le chemin monte sur la digue de la Loire et je m'aperçois que le vent est vivifiant ! Il s'insinue au travers de ma chemisette et le polaire (un peu fin). La Loire est haute et bien chargée ! Après quelques kilomètres je remonte vers le Nord pour rejoindre Germigny.

Au final une randonnée agréable de presque 10km par un temps frais.



dimanche 18 novembre 2012

45 Ingrannes, la vallée du Diable 20km

Il est 08h30 lorsque j'emprunte la route du loup pendu (tout un programme). Ingrannes est un petit bourg d'environ 500 habitants. La sortie intervient donc très rapidement. Quelques minutes plus tard me voici à "La Rochelle" un petit lieu dit où je rentre dans la partie forestière.

Premier virage à quatre vingt dix degrés pour rejoindre un tronçon du GR3b qui me conduit tout droit à "La Cour Dieu". Il s'agit d'un lieu dit où sont disposées quelques fermes ainsi que les vestiges d'une  ancienne abbaye cistercienne datant du XIIe siècle. Il me faut emprunter les bords de la départementale pour rejoindre le chemin suivant. Mieux vaut être prudent car même pour un dimanche matin les passages sont nombreux et très rapides.

Profusion de panneaux indicateurs au point suivant, pas moins de trois GR indiqués. D'ailleurs quelques minutes plus tard je tombe sur un panneau atypique annonçant "Gien GR3b Orléans". Le chemin se fait un peu plus gras et je ne tarde pas à trouver les empreintes de vététiste et de cervidés.  Quelques rencontres se suivent les chasseurs de champignons et familles en vélo.

L'automne bat son plein, le vent se faisant parfois un peu pressant sur la cime des arbres provoque une véritable pluie de feuille qui s'abat partout autour de moi! "Vestiges" c'est ce qui est indiqué sur la carto embarquée ! Je m'autorise un petit détour qui ne servira pas à grand chose ! Je retrouve bien les fossés qui entourent ce lieu mais ils doivent êtres enfouis...


Une immense ligne droite de trois kilomètres entrecoupée d'une pause me permettant de placer un cache près de la stèle à la mémoire de trois maquisards fusillés le 14 août 1944 par des SS. Elle est parcourue sous un ciel bien gris avec un vent de face des plus rafraîchissant.

Le carrefour des 7 routes est un gros rond point où subsiste une maisonnette "ouverte à tous". Il s'agit maintenant plus d'un abris... Direction l'étang du Diable et j'ai comme un doute sur la distance finale annoncée de 13km! Pourquoi? Ma trace GPS indique déjà 11,5 et je ne suis pas prêt d'arriver.

L'étang de la vallée du Diable s'annonce juste après avoir pris à droite un petit sentier balisé GR3b où quelques arbres calcinés invitent le voyageur à la prudence... Les eaux sombres n'incitent pas a la baignade! D'ailleurs quiconque s'y risque pourrait bien y rencontrer l'hôte de ces lieux... La route d'Iéna n'a rien d'une route ! Le Diable s'amuse avec moi car après le quatorzième kilomètre ce tord cheville est une succession de parties plus grasses les une que les autres. Un véritable calvaire sur plus de deux kilomètres.

Heureusement les routes forestières suivantes sont carrossables. Une pluie fine commence à faire son apparition alors qu'il faut "engranger" une succession d'immenses lignés droites pour revenir sur Ingrannes!

Un mini détour pour jeter un oeil sur l'étang David. Je coupe entre les arbres et je remonte le petit sentier qui borde l'étang. Au final j'arrive sur une corne de grillage qui semble me laisser penser que je ne suis pas en terrain public! Retour sur le chemin officiel pour arriver après six heures de marche au parking.

Au final une randonnée longue (un peu trop de grandes lignes droites à mon goût) d'un peu plus de 20km par un temps gris.



dimanche 11 novembre 2012

45 Chanteau, le chêne de l'évangile 9,2km

Aujourd'hui pas de pluie mais le ciel reste gris, je prends la direction de Chanteau pour une randonnée d'un peu moins de 10km. Pas grand monde sur la route, quelques chercheurs de champignons ont déjà le panier en osier à la main. Ce matin je décide de débuter le test d'une batterie auxiliaire branchée directement sur mon iPhone. Il s'agit de la batterie PowerBank 6600. Le test consistera à ouvrir les applications tierces pour la randonnée. Ainsi pour l'utilisation conjointe de Runtastic (enregistrement de la trace GPS), Latitude (positionnement GPS activé en mode position réelle), iPhiGénie (cartographie IGN avec GPS).

Le départ de la randonnée s'effectue sur le parking de la place du village. L'endroit est stratégique car les écoles élémentaires, la mairie, l'église et deux petits parcs sont à proximité immédiate. Les deux tiers du parcours se font en forêt dans deux sites d'ailleurs que je connais bien car j'y ai déposé plusieurs caches dans le cadre du géocaching.

L'itinéraire est balisé sous le nom du PR numéro 6, celui-ci est d’ailleurs très bien réalisé. Je quitte le village et arrive prés du domaine de la Brossette où l'on trouve un petit château agrémenté d'un parc de 6 hectares. Il appartient à une ville voisine qui peut être loué dans le cadre de séminaires. L'été il semble se transformer en colonie de vacances. Peut après on se  trouve non loin d'un circuit de bosses pour VTT.

Après la traversée de la D101 je file vers le petit lieu dit de la fontaine gobée. S'en suit la forêt avec les grandes allées pour arriver sur la zone d'une cache nommée "Ardelet - la zone humide". Ici l'eau a pris possession d'un ancien croisement qu'il faut contourner pour pouvoir continuer à progresser. Après quelques photos le contournement d'Ardelet le chemin file plein Est pour atteindre après quelques kilomètres le carrefour du chêne de l'évangile.

Voici la légende de cet endroit :
Au début du XV° siècle, une mère et ses trois enfants vivaient dans une maison séparée de la forêt par le grand chemin d'Orléans à Rebréchien. Pour mettre terme aux querelles fréquentes de ces jeunes enfants elle décida un jour de les associer à un projet commun : la plantation d'un chêne dans leur jardin. Quand vint le moment de le baptiser, tout le monde s'accorda pour lui donner le nom de chêne de l’Évangile  L'arbre poussait, les frères grandissaient et pour la mère, la fin approchait. Le soir de sa mort elle demanda à ses enfants de la conduire au pied du chêne. C'est à cet endroit qu'elle leur fit ses adieux, les faisant jurer que sous cet arbre, ils seraient toujours en paix.

L'itinéraire rejoint le GR3b mais c'est lorsque je traverse la route forestière je croise de nombreux VTTistes qui semblent avoir eût quelques difficultés. Le tronçon qui permet de rejoindre Chanteau est en fait inondé ! Pas énormément mais suffisamment pour que les chaussures soient rapidement trempées. Rien à faire il faut continuer en choisissant avec dépit le cheminement qui semble le moins "profond"... Heureusement que cette zone est sur la fin de la randonnée. Mes grolles qui ne sont pas très anciennes tiennent le coup c'est une chance. La dernière partie contourne le bourg par le Nord Est pour revenir sur l'axe principal. J'arrive quelques minutes après la cérémonie du onze novembre. Il faut dire que le monument aux morts se trouve sur  la place centrale entre l'église, le cimentière et l'église de l'autre coté de la route.

Coté matériel la batterie qui avait déjà fait l'objet d'une petite utilisation avant cette randonnée, se trouve chargée à plus de 75%. Il me faudra donc encore poursuivre ce test avec une cible plus longue, mais cela reste prometteur.

Au final une randonnée d'un peu plus de 9km par un temps gris avec des températures toutefois agréables.



vendredi 9 novembre 2012

Le blog change de nom

Voici venu le temps de changer l'adresse du blog qui après plusieurs réflexions ne portait pas un nom des plus approprié !

Mon désir de parcourir le GR3b® reste intact et toujours en ligne de mire mais il est vrai que la publication de nombreuses randonnées non liées à ce GR dénaturait le blog. Aussi j'ai décidé de basculer sur ce terme un peu plus générique d'Idées de Rando (ID2 Rando) pour coller un peu plus à la réalité.

Tout le monde s'apercevra assez vite que les randonnées proposées sont limitées à certains départements. Je ne suis pas sectaire, mais mon rayon d'action reste limité à la zone géographique dans laquelle il m'est offert de randonner avec parfois quelques extensions métropolitaines. 

Je suis amoureux de la montagne alors il est vrai que le dénivelé et les altitudes des randonnées ne sont pas très enthousiasmants mais chacun trouvera dans la randonnée le moyen de s'évader, d'ouvrir son esprit mais surtout de prendre le temps.

N'oubliez pas comme le dit la "fédé" : "un jour de sentier c'est huit jours de santé!".


vendredi 26 octobre 2012

91 Bouray-sur-Juine et Itteville, forêts et marais 12km

Peu de randonnées à la parution en ce mois d'octobre. Entre le temps qui se dégrade et l'activité de géocaching et la durée de la journée qui baisse cela réduit les billets mais les kilomètres sont toujours là.

Pour cette randonnée je vous emmène aux alentours d'Itteville. Le départ se fait de Bouray-sur-Juine plus particulièrement du parking prés de l'ensemble sportif sur la départementale 99. Il faut longer cette route sur une centaine de mètres pour accéder au départ de cette randonnée dans les champs. Je file donc à travers les champs alors que le ciel est des plus gris. Le vent est très présent et le chemin reste stable ce qui n'est pas le cas des bas-cotés très gras...

Les premiers sous bois sont là alors qui vieux coucou, un biplan me semble t-il tourne au dessus de la forêt très certainement en provenance de l'aérodrome de Cerny-la Ferté-Alais tout proche. Il me sera impossible de prendre celui ci en photo.

Le PR grimpe maintenant rapidement pour atteindre un plateau par un sentier des plus tortueux. Il faut prendre garde au marquage car les virages sont nombreux. Le passage du plateau s'effectue sans soucis. Sur la fin de celui ci il faut tout de même prendre le sentier qui passe sous un immense pylône électrique et suivre les câbles qui descendent vers Itteville. Le grésillement me fait toujours craindre le pire, c'est comme si l’électricité voulait me dire "je vais sortir de là pour te frotter les oreilles...". Inutile de dire que le rythme de marche s'accélère !

J'aperçoit le terrain de l'aérodrome mais le vieux coucou n'est plus là, il ne reste que deux hélicoptères qui sont passés à toute vitesse au dessus du PR pour finir leur course folle prés d'un bâtiment gris en bord de piste.

Arrivé à Itteville je prolonge l'itinéraire par le passage vers un observatoire en bordure du marais. L'observatoire des Fauvettes est idéalement placé pour observer plus d'une cinquantaine d’espèces mais or un petit colvert je ne suis pas gâté, enfin il faut dire que le temps ne me permet pas de rester là à attendre...

Pour rejoindre Bouray-sur-Juyne il faut maintenant longer le grillage de protection des marais, c'est un peu dommage mais c'est le prix de la tranquillité pour les "habitants" de celui-ci. Une bande boisée de quelques mètres me sépare des champs sur ma gauche. Il me semble "lever" un sanglier qui prendra peur en m'entendant arriver! Qu'il se rassure j'ai fait un bond aussi. Lui aura eut plus de chance que son congénère dont il ne reste pas grand chose si ce n'est les os de son crâne (je vous passe les détails) qui a dût rencontrer un fusil chargé. L'obscurité commence à se faire la part belle et il est temps d'arriver à la voiture! 

Au final une randonnée de 12km par un temps maussade terminée alors que le soleil se couche.



dimanche 30 septembre 2012

45 Chevilly, virades de l'espoir 15,5km

Un peu de retard pour cette publication même si la date du billet est mise à la date des randonnées. Il faut dire que le dernier week-end de septembre est généralement consacré aux virades de l'espoir. Moment de mobilisation générale pour tenter de vaincre la Mucoviscidose. Une participation en tant que bénévole pour cette récolte de dons rythmée depuis quelques années par un emploi du temps bien chargé. Le vendredi et le samedi sont consacrés aux montages des stands avec la première soirée un spectacle "humoristique" et la seconde par un "concert". Le dimanche c'est "rando des virades" le matin, tenue d'un stand l’après midi et le démontage général le soir jusqu'à la nuit tombée.

Revenons à nos randonnées, ce dimanche trois circuits étaient disponibles et une volonté farouche de ma fille de vouloir participer à la plus petite. On décide de faire la première ensemble dés l'ouverture, puis pour moi ce sera la randonnée intermédiaire.

Le départ se fait depuis l'ancien stade de Chevilly. Il nous faut dans un premier temps éviter la foule qui se rend vers le vide grenier puis filer vers le nouveau stade. Rapidement on se retrouve prés de la Gringolerie puis arrive le carrefour de St Jacques. Le plan indique la possibilité de piquer vers le château mais on se tient au marquage au sol pour prendre tout droit direction les champs. La douce sensation de s'éloigner du château se fait nettement sentir !

Après quelques méandres, la découverte de quelques ossements et crânes de chevreuils et sangliers nous entamons enfin le retour vers le château. En cette journée le parc est ouvert alors on en profite pour le redécouvrir mais aussi les voiture hypomobiles, l'arrière du château et la chapelle.

Après la sortie on décide de rejoindre directement le stade au lieu de prendre l'allée des frênes car la distance devient un peu longue pour ma fille. Nous voici donc au stade après 7,5km au lieu des 4,5 annoncés initialement. Je laisse ma fille, qui se propose d'aider au stand de l'arrivée des randos et je m'engage sur le circuit des 10km.

Le final de cette randonnée est le même que celui que je viens d'achever mais après le nouveau stade il file dans la forêt. Me voici donc sur le chemin qui m’amènera d'ailleurs prés d'une de mes géocaches qui a disparue ! Heureusement prévenu la veille, je profite donc de ce passage pour replacer une nouvelle boite toute neuve... Le reste de la rando se fait sans soucis particuliers et j'arrive au stand de ravitaillement pour une mini collation et je file de plus belle car je connais maintenant la fin du parcours.

Pour éviter de perdre trop de temps cette fois je fille directement par l'allée Madame, ne passe pas par le château et son parc mais je fais l'effort de finir par le chemin officiel de retour sur le stade.

Au final une randonnée de 15,5km par beau temps et un sentiment de fierté pour le circuit réalisé par Marie.


Circuit de 7,2km avec Marie :


Ciruit de 8,3 en solo :

mercredi 19 septembre 2012

91 Marolles-en-Hurepoix, plaines et bois 10km

C'est à nouveau une course contre la montre ce soir ! Je file à la gare de Marolles en Hurepoix et le temps d'acheter mon billet, quarante centimes plus tard me voici dans le RER direction Lardy. Deux stations plus loin me voici déposé sur mon point de départ. Tout le monde l'aura compris il ne s'agit pas d'une boucle, l'objectif étant ce soir de retrouver ma voiture en suivant ce qui semble être pour grande partie le PR30 soit une dizaine de kilomètres.

Je traverse le tunnel et j'emprunte la partie qui monte tout de suite sur prés de 80 mètres histoire de se retrouver sur un plateau durant prés de trois kilomètres. Les sentiers sont aussi différents qu'agréables. A la sortie de cette première partie boisée peut après les bois de Montgriffard deux engins s'en donne à coeur joie pour nettoyer pour ne pas dire déboiser les abords d'un champ. C'est dans un effroyable vacarme que l'immense bras articulé abat tantôt les branches tantôt les arbres.

Je longe la D99 et c'est dans une nouvelle partie boisée que va s'opérer la lente descente du plateau. Je croise un VTTiste qui en petit braquet s'acharne à remonter le chemin. J'arrive au carrefour du "Rendez-vous de chasse". Ici mieux vaut savoir où se rendre car les nombreux panneaux du piquet central peuvent vous faire tourner la tête.

Une nouvelle plaine s'annonce avec au loin un mur nettement visible. Il s'agit de l'enceinte du parc forestier du château de Cheptainville. Mais pas le temps de visiter ce petit domaine car le soleil n'attend pas. Pas de vue sur ce qu'il reste du château qui d’après certaines sources semble avoir été transformé en appartements. De grands champs me séparent du passage souterrain sou la voie du RER puis c'est la dernière partie boisée, "la forêt régionale de Saint Vrain". Je retrouve Marolles où après l'église Notre-Dame de l'Assomption de la Très Sainte Vierge le circuit opère une petite boucle avant de revenir sur le gare.

Au final une randonnée de 10km par beau temps terminée alors que le soleil se couche.



dimanche 16 septembre 2012

45 Donnery, Bas les armes 8,6km

Je peine à me mettre en route ce matin, mais finalement je prends la direction de Donnery pour un circuit annoncé de 7km d’après une topo-fiche sur l'une des trois possibilités autours de ce bourg.

Départ de la place de l’église ou il ne reste qu'une seule place disponible, il faut dire que la boulangerie toute proche semble faire le plein. Je repère le balisage du PR sur le carrefour et je file vers la sortie du bourg. Me oeil est attiré par une sculpture dans un petit parc, il s'agit d'une chouette sculptée dans le tronc d'un vieil arbre. Un lapin et un ourson sont situés plus à l'intérieur du parc.

A la sortie du village je remarque que le balisage (la dernière trace d'ailleurs) est placée derrière le panneau "Donnery" de sorte qu'il est impossible de la repérer pour s'orienter ! Hors mis deux panneaux en bois il n'y aura d'ailleurs plus une seule indication concernant ce très certainement vieux PR.

Au loin je distingue une belle demeure, il s'agit du château d'Allonne datant du XV° siècle, tout du moins ce qu'il reste de l'édifice de l'époque. Un brusque virage sur ma droite et me voici à rattraper quatre chasseurs. Ils se replacent pour traverser l'un des immense champs que l'on retrouve tout autour. Echanges courtois et hop je file, pas question de rester dans le coin !

Un peu de fraîcheur sur la partie Nord de mon itinéraire car je traverse quelques bois et longe quelques lisières encore à l'ombre. Me voici sur le chemin "bas les armes", il rejoint une ancienne ferme située à quelques kilomètres. avant de traverser la D424 j'aperçoit un cerf qui semble fuir les chasseurs de tout à l'heure. Il file depuis les bois Lambert sur ma droite en passant par les champs pour rejoindre les bois du Sausseux. Les deux voitures qui se croisent sur la départementale marquent l’arrêt pour laisser passer la bête. Elle reprend de plus belle sa course folle pour disparaître dans l'angle du bois. Les traces toutes fraîches dans les champs seront rapidement identifiées pour garder un souvenir photographique !

Une petite clairière sur la droite permet d’apercevoir quelques ruches disposées là. J'arrive au lieu dit "Bas les armes" qui semble être un ancien corps de ferme reconverti en centre de loisir car certains panneaux annoncent le traversée d'enfants (en pleine forêt...). Il me reste à rejoinde le canal d'Orléans ce que je vais faire à l'aide d'une petite erreur topo qui me fait arriver sur la D709 une centaine de mètres trop à l'Est. Je retrouve le Canal et me laisse guider vers l'écluse de donnery à une centaine de mètres de mon point de départ.

Au final une randonnée de 8,6km par un très beau temps.



mercredi 12 septembre 2012

91 Dourdan, les lisières forestières 10km

Allez fin du travail, pas trop le temps de trainer car le soleil ne demande pas son reste en ce moment. Direction Dourdan pour ce circuit décrit dans le topo guide de l'Essonne à pied.

Le départ de fait depuis le parking de la gare RER de Dourdan. Je traverse la passerelle pour rejoindre le GR111 et rapidement c'est une petite montée vers le plateau qu'il va falloir suivre.

Je laisse le château d'eau sur ma gauche et me voici en bordure de lisière pour quelques kilomètres. Le chemin file avec de grands champs à gauche et une mince bande de forêt à droite. Un poirier vient rompre la monotonie mais bien mal m'en a pris de vouloir goûter ses fruits car ils ne sont pas mûres.

J'arrive à Châteaupers où je découvre un superbe corps de ferme ! La descente dans Roinville se fait par une petite route qui serpente pour finir devant l'église. Direction Marchais pour rattraper le GR1 ce chemin de grande randonnée qui fait le tours de Paris.

Il me faut passer via le PR sous les lignes hautes tensions qui grésillent ! J'ai plus l'impression de passer pour mouche qui risque de se faire griller en approchant d'une lampe bleue ! Le GR1 est maintenant sur la droite, il file quasiment tout droit vers Dourdan en passant en sous bois. La luminosité d'ailleurs baisse rapidement maintenant, il est temps de retrouver "la ville".

Il est neuf heure moins dix lorsque j'arrive au parking. Je ne suis pas passé à pied devant le château de Dourdan mais juste en quittant le bourg avec ma voiture. Quelques randonnées sont encore au programme dans le coin, alors je prendrais le temps de le voir de jour !

Au final une randonnée de 10km par beau temps.



dimanche 9 septembre 2012

45 Mardié, les Épinières 10km

Ce matin direction Mardié et plus précisément l’écluse de Pont aux Moines. Après avoir laissé la voiture sur le parking face au kiosque de l'office du tourisme je m'empresse de rejoindre le PR en direction de la butte Moreau. Dans Topoguide autours d'Orléans celui-ci se nomme "Circuit du bois des Épinières".

On longe un peu la départementale pour prendre plein Nord alors que je tombe sur trois grillages (de type chantier) qui sont placés sur le chemin, cela commence bien. Après quelques secondes de doute, il faut bien passer par là ! J'arrive sur le premier carrefour quand je remarque un campement de gens du voyage expliquant sans doute la présence des barrières temporaires... Alors que je replonge dans ma cartographie un peu inquiet, c'est un des occupants qui de sa fenêtre de caravane m'indique la direction à prendre. Il faut dire que ma tenue ne laisse pas de doutes sur mon occupation du moment.

Après avoir gratifié mon "indic" j'arrive rapidement dans les premiers bois. tout le parcours sera une succession de bois et de clairières. Quelques para-moteurs se font entendre et passent au dessus de moi. La sortie du bois des grillons me laisse un gout amer car c'est le bord de route qu'il faut suivre. Elle permet de passer au dessus de la N60. Le PR tourne à gauche ce qui permet de retrouver la forêt. Le sentier se fait plus mince et la grande ligne droite permet de d'arriver à la bute Moreau.

Là encore une nouvelle déception car le tumulus attendu est complètement dévasté. Il s'agissait vraisemblablement je cite : "d'une sépulture d’une riche jeune femme que l’on pourrait dater de l’époque dite de "Hallstatt " soit environ 500 ans avant J.C". Toute la partie supérieure du tumulus a disparu laissant apparaître à ceux qui en connaissent l'architecture générale.

Je reprend mon chemin composé de nombreuses lisières. C'est encore sur une grosse partie bitumée qu'il faut parcourir pour rejoindre Mardié. Je passe d'ailleurs à coté de la base de départ des ULM et para moteurs dont j'ai vu quelques exemplaires tout au long de la randonnée.  Heureusement l'arrivée sur ce site que je connais bien est toujours aussi agréable. Les pompiers sont en exercice sur l'ancien pont ferroviaire, tandis que je prends une large pose près de l'écluse au frais...

Au final une randonnée de 10km par beau temps.




mercredi 5 septembre 2012

91 Lardy, la Pierre Levée 6,5km

Terminées les vacances certes mais pour autant il reste encore un peu de luminosité alors je tâche d'en profiter ! Ce soir c'est direction Lardy pour le point de départ. Dans l'objectif initial deux monuments sur un petit circuit, à savoir la Tour de Pocancy et la Pierre Levée.

Il est 19h20 lorsque je démarre ce petit circuit en suivant le PR pour monter du coté de la Tour. Cette tour semble avoir la fausse réputation d'avoir servi pour les expériences de Claude Chappe l'inventeur du télégraphe aérien.

Direction Janville-sur-Juine par le PR. Il faut se méfier des nombreux chiens qui gardent sauvagement les propriétés qu'il faut longer ! L'un deux à bien failli me croquer le bras ! Arrive la partie montante de l'itinéraire. La montée est raide mais permet de se retrouver sur le plateau qui devrait servir de base pour le reste de la randonnée.

Je pivote sur la droite pour utiliser les chemins qui semblent se diriger vers la tour ! Hé oui qui semble, car bien mal m'en a pris la tour semble se situer sur un terrain privé. je continue en rageant mais finalement alors que le sentier redescend franchement il me faut bien capituler et faire demi-tour. Impossible de se rendre au pied de cette tour sans braver les très nombreux panneaux indiquant que toute progression se ferait sur un terrain privé avec le danger de tir à balle (à défaut de flèches...). Bref deux kilomètres de "perdus" car en plus de ne pouvoir y accéder, le chemin emprunté n'offre aucune vue sur l'édifice...

Je presse le pas car je sais que la Pierre Levée, elles accessible, le GR passe devant ! Me voicis donc maintenant sur le GR1 pour arriver sur le site avant que la luminosité ne rendre les photos trop sombres.
Ce superbe dolmen en grès s'ouvrait sur une chambre funéraire. Formé de neuf mégalithes pour soutenir une dalle d'environ quinze tonnes, le tout était dissimulé sous un tumulus. C'est vraiment impressionnant de se trouver à coté de cet édifice.

Pas le temps de trop traîner non plus car maintenant le soleil se couche derrière le versant et si le dolmen est en lisière le chemin qui s'enfonce dans la forêt lui s'enfonce aussi dans l'obscurité. Heureusement j'avais par précaution emporté la grosse lampe pour éviter tout problème. Inutile de vous dire qu'un moins de dix minutes c'est le noir complet. Il y a beaucoup de vent et l'atmosphère devient tout d'un coup très pesante ! Non je n'ai pas peur ! Mais tous mes sens sont actifs, voir même super "actifs". Il est temps d'arriver au village pour retrouver le parking et la voiture...

Au final une randonnée de plus de 06km par beau temps un peu venteux.



vendredi 31 août 2012

77 Noisy sur Ecole, circuit des 25 bosses 12km

Rappelez-vous en début de mois vous aviez le post sur la partie 1 du circuit des 25 bosses. Pour faire court, j'ai emmené mon fils et deux de ces amis pour faire une partie de ce circuit en cumulant avec le géocaching. Nous avions alors récupéré 12 indices sur les 25 disponibles. Il me fallait donc terminer ce tour des 25 bosses mais cette fois c'est en solo !

Réveil avant l'aube pour finaliser les préparatifs, préparer le véhicule et la glacière! La journée est axée sur trois challenges : finir ce tour, monter mon compteur à plus de 600 caches découvertes et si possible trouver 3 caches supplémentaires pour obtenir 110 caches découvertes en un mois.

Pour obtenir le 600 il me faut faire une cache avant les bosses, car je me suis fixé l'objectif de l'obtenir sur la cache bonus des 25 bosses. Ce sera chose faite avant d'arriver à Pithiviers sur le rond-point de la "locomotive". Une petite panique toutefois dix minutes avant d'arriver sur le site, je ne suis pas sûr d'avoir emporter les indices de la première journée, c'est tout simplement incroyable! Le doute sera levé lorsque sur le parking je trouve le carnet avec la feuille concernée, quel soulagement.

Je prépare le sac et me voici sur les pistes de sable de ce massif des "trois pignons". Il me faut rejoindre une première cache autour d'un chêne avec une balançoire! La cache est rapidement délogée, maintenant il me faut rejoindre une bosse que l'on avait déjà fait lors de notre première journée la numéro 8. Hé oui l'indice 8 n'a pas été noté alors on recommence. Une fois en poche je file rejoindre le carrefour où nous avions fait demi-tour (la pointe Est du tracé ci-dessous).

Bosse numéro 13, c'est parti. J'active la trace GPS, je ne l'ai pas fait avant pour conserver un peu de batterie et cela sera bien utile... Le ciel bleu laisse place à une petite couche nuageuse mais beaucoup de vent. Je passe les bosses du rocher de la Tortue puis de la Grande Montagne. Suivent celui du Potala et de la Cathédrale. Je coupe la pointe Sud en évitant le rocher Cailleau; c'est une partie qui est très technique dont je garde un souvenir des plus "fatiguant" pour l'avoir fait il y plus d'un an (environ 700m avec très peu de dénivelé mais il faut sans cesse jouer des bras et des jambes ce qui use le bonhomme).

Les caches et donc les bosses s'éloignent et je me surprend à croire que je vais rester sur le plat! Quel naïf ! Bon il est presque midi, je décide de faire un détour par "les sables du Cul de Chien" pour observer le rocher protégé au milieu de ce mini désert... Après le déjeuner la reprise est plus "dure" et la bosse de la "Justice de Noisy" n'est pas là pour me contredire...

Les dernières bosses sont terribles, elles sont très rapprochées ! La dernière boite d'ailleurs me donne un peu de fil à retordre, mais bien moins que la 23 où il a fallut descendre dans une mini grotte verticale ! Je me concentre et je tombe sur le dernier indice ! Les calculs sont réalisés, un petit contrôle sur la position de la cache finale me permet d'être optimiste sur les chances d'avoir mon 600 sur cette cache "mystère".

Quelques minutes plus tard, la boite est délogée, je suis content car c'est une superbe série! Un très beau travail pour le poseur. Pour ceux qui aiment la grimpette je vous conseille vivement cette randonnée du circuit des 25 bosses. Inutile de préciser que les records seraient de l'ordre d'une heure trente à une heure quarante cinq pour les 18km et prés de 850 m de dénivelé.

Au final une randonnée de plus de 12km sous un ciel mitigé (restant toutefois agréable) avec beaucoup de vent.



lundi 20 août 2012

45 Orléans La Source, les lacs et venelles 11,5km

En ce moment il fait plutôt chaud, la canicule ayant eut son pic hier. Pas mal occupé sur mon activité de pose de caches dans le cadre du géocaching, je décide de prendre à nouveau mon bâton de randonneur. Après un réveil naturel vers 07h00 et une petite préparation je décide de regarder dans mon topo-guide sur Orléans pour trouver un petit circuit d'un peu plus de 10km. Mon choix s’arrête sur le circuit des lacs et venelles de La Source.

Je randonne rarement en ville et je veux me laisser éventuellement surprendre par cette randonnée. Le départ s'effectue devant l'entrée du parc floral. Le circuit propose de découvrir deux lacs et les venelles, ce qui je pense me permettra d'être un peu protégé du soleil, bien qu'au moment du départ le ciel ne soit pas franchement bleu...

La première partie se déroule dans le campus universitaire où l'on est rapidement averti que pour notre sécurité le site est placé sous surveillance vidéo ! Peu de monde dans cette partie actuellement, il n'est pas dit que dans quelques semaines l'endroit soit aussi calme. Pour l'instant je vérifie le tracé du circuit sur le topo-guide et force est de constaté que le balisage est très bien fait. Rapidement j'arrive prés d'une oeuvre "la chambre d'Amour" un des huit monuments que l'on retrouve le long de la voie du tramway. COmme toute oeuvre elle a son public (sic !).

Arrive les premières barres d'immeubles dont certains disposent de 18 étages, de quoi donner le tournis... Devant le théâtre "Gérard Philippe" je prends en photo une fresque apposée sur le mur de ce qui semble être une "crèche". Puis c'est le tours de premières venelles ! Le dédale de venelles est très bien balisé, ce sera d'ailleurs le cas pour l'intégralité du circuit, un travail remarquable car les venelles sont nombreuses.

J'arrive sur l'allée des sapins, un immense boulevard piéton où l'on trouve d'ailleurs un parcours sportif très bien entretenu. Les sapins sont immenses et jouent leur rôle protecteur en cette chaude matinée. Cette immense ligne droite s'interrompt avec la reprise des venelles pour arriver au lac. Pas de nom pour cette belle pièce d'eau, mais en tout cas un aménagement permettant de faire le tour complet quelque soit le moyen de locomotion. Je rencontre quelques sportifs et une grand-mère qui se débat avec son petit-fils pour tenter vainement d'avancer.

Nouvelle ligne droite à l'opposée de l'allée des sapins pour rejoindre "Orléans - 2001" seconde oeuvre sur la ligne du tramway devant la tour de "France3". C'est un nouveau dédale de venelles à suivre pour déboucher au final sur un ensemble de pièces d'eau près du campus universitaire. le circuit d'ailleurs ne propose pas à ma grande surprise de passer sur les 4 passerelles mais opère un contournement par l'Ouest.

Avant d'arriver sur le parking du point de départ il est loisible de jeter un oeil sur le château de La Source que l'on peut observer "de loin". Il abrite maintenant la présidence de l'université du Loiret. Pour voir d'un peu plus près le château, il est possible en s’acquittant d'une taxe de visiter le parc floral et ainsi pouvoir observer (voir toucher...) celui-ci. Retour sur le parking où quelques voitures se sont ajoutées à la mienne.

Une très belle randonnée de 11,5km avec des températures assez chaudes puisqu'à 11h30 le thermomètre affichait les 27°.



jeudi 16 août 2012

45 Rebréchien, les marais du Saussis et de l'Ermitage 2km

Une très courte randonnée aujourd'hui, mais un vrai petit coup de coeur pour ces marais.

Direction la forêt d'Orléans et le carrefour du Marchais Clair. Pour s'y rendre il faut passer par la route du chêne Bourdon en arrivant de Rebréchien. Si l'on arrive du coté de Chanteau il faut préalablement passer par la route forestière de la Pervenche. Puis il est possible de remonter plein Nord pour rejoindre le carrefour de départ.

Le panneau de ce circuit annonce 1h30 de marche, mais rassurez vous c'est une moyenne "longue". Pas de soucis particuliers pour suivre ce sentier car il est fléché avec de petits panneaux et les traces de passage sont assez visibles. On observera aussi la présence d'arbres "tri" voir "quadricéphales" de toute beauté.

De ces deux marais celui de l'Ermitage est bien souvent le plus en eau ! Il est possible d'y faire quelques belles photos en fonction de la saison et de la luminosité ambiante. Le marais du Saussis est plus sec et dispose d'une végétation ne laissant que peu de vision. La poursuite du circuit vous emmène à la découverte du gouffre des Orfosses. Pas de cavité à explorer mais une profonde doline aux pentes raides dont la descente est interdite.

Le retour se fait en regagnant le carrefour par la route des vallées plein Sud.

Bref une agréable "promenade" de moins de 2km au frais...



vendredi 10 août 2012

77 Noisy sur Ecole, circuit des 25 bosses 10km

Aujourd'hui je me transforme en GO, alias Gentil Organisateur, enfin cela c'est mon épouse qui le dit ! En fait j'ai décidé de sortir mon fils et ses copains de leur grotte. Qu'est-ce qu'une grotte ? C'est le lieu dans lequel le pubère adolescent se laisse aller dans son flegme journalier. Si, vous savez celui qui est trop fatigué pour participer à la moindre activité familiale mais qui arrive à passer des heures devant un écran de PC ou sur une console. 

Donc sortie de rigueur avec les 3 adolescents avec un départ à 08h00 pour rejoindre le point de départ situé après Noisy sur l'Ecole. Une heure quarante plus tard, ouverture du coffre, sac sur le dos et annonce du programme qui je le sens sera raccourci : parcourir le sentier des 25 bosses tout en s'adonnant au géocaching.

Ce sentier est normalement d'une longueur d'environ 17km pour découvrir les 25 bosses, mais pour en avoir fait une partie très technique plus au Sud en 2011, je sais que nous ne ferrons pas l'intégralité du sentier tout au plus une quinzaine de bosses. Le ciel est bien bleu ce qui annonce de fortes températures même si le vent est bien présent.

Nous avalons les bosses en profitant des panoramas. Les petits cabris se calment après la troisième bosse, pas besoin de faire de rappel à l'ordre car le dénivelé fait le reste. Je me contente de rappeler assez fréquemment de faire attention aux appuis, car ici le sable est dominant. Très présent il est déposé par le vent et les randonneurs sur les roches rendant celles-ci glissantes. Nous arrivons à la croix de Lorraine, un monument dédié aux morts sur le pignon des maquisards.

Nous croisons quelques sportifs qui se "mettent la dose" comme ils disent. Ils laissent les trois ados dans la plus grande des stupeurs ! Pour eux cela relève plus du sado-masochisme que du sport ! Les bosses se poursuivent et quelques rencontres donc un beau serpent d'environ 70 cm  se font sur le sentier. Les caches sont délogées très rapidement grâce à une position GPS des plus précise ! Toutefois je m'interdis de mettre la moindre main sous les roches. Pour les plus profondes, elles font l'objet d'un rapatriement à l'aide de bâton de fortune.

Vers midi une large pause pour la reprise de forces. Durant le repas je m’éclipse pour revenir sur la 6iéme cache et j'en profite pour mettre la main sur une cache hors du circuit. De retour j'englouti mon repas et je relance la machine car je veux profiter que le soleil ne soit pas à son zénith pour avancer sur les bosses. 

La fatigue commence à se faire sentir vers la dixième cache. Je sais que mes trois ados pas trop habitués à cet exercice se sont laissés piéger par la contenance de leur bouteille d'eau. Comme l'eau est précieuse ! Comme prévu je consulte ma cartographie et je décide de mettre fin à leurs souffrances après la boite 12 pour revenir par les chemins de traverse qui son plats... J'annonce le programme et je m'éclipse pour une nouvelle cache hors du circuit laissant mes "compagnons" au carrefour entre deux bosses, ravis de cette situation. Pour atteindre cette cache je contourne la bosse est monte à l'abris de leur regard pour retrouver l'entrée d'une petite grotte. je file retrouver le sentier tout en restant à l'altitude de la grotte ce qui me permet de les surprendre par un "Alors vous venez les gars !". 

Tandis qu'ils grimpent sur cette satané dernière bosse, je consulte mon itinéraire pour vérifier le chemin à prendre après la dernière cache. On redescend sur le chemin du rocher des Potets et je pose de fréquentes questions qui pourraient être "soûlantes" mais me permettrons de maintenir le contrôle sur la vigilance car le déplacement s'il est sur le plat se fait sur le sable. Après 2 km on retrouve la Déus'Mobilis où tout le monde se désaltère et reprend ses esprits. Il est 15h30 et c'est le temps de rentrer !

Bon le "GO" est satisfait de la prestation des trois jeunes "padawans" Loïc, Antoine et Nicolas, il faudra tout de même ajouter un peu de sourires pour la prochaine ! (Heu, comment ça la prochaine...dixit les padawans)

Au final une randonnée de prés de 10km sous un beau ciel bleu avec prés de 26° et un petit vent bienvenu.
Il me faudra tout de même revenir sur le site pour terminer le circuit des 25 bosses, à suivre donc sur une seconde partie (voir le post de la partie 2)...


Randonnée avec Visorando

mardi 7 août 2012

91 Milly-la-Forêt, les plantes médicinales 28km

Il est 07h30 est je prends la route pour avaler les kilomètres qui me sépare de Milly-la-Foret dans l'Essonne. Je suis en congé et je profite pour inaugurer mon TopoGuide "L'Essonne... à pied" édité par la Fédération Française de Randonnée Pédestre. J'ai choisi la fiche numéro 4 qui annonce une randonnée difficile de 22km en 5h50. au programme Boigneville, Oncy-sur-Ecole, Milly-la-Forêt et Maisse. Le hic : cette rando n'est pas une boucle ! Il faut normalement utiliser un transport en commun pour revenir entre Maisse et Boigneville. En observant la carte je note que le GR1 passe à l'Est de ces deux bourgs, "Bingo" ! Je décide donc de transformer l'itinéraire en boucle tout en laissant ma Déus'Mobilis à Milly. 

Je trouve une place de parking autour de la place Gallieni. J'apprends qu'il y a fort longtemps cette place (anciennement place de Lyon) était utilisée pour l'abreuvage des bêtes du marché aux chevaux. La Mare de Lyon fut asséchée en 1866 pour devenir une place publique.

09h45, il est temps de se mettre en route en suivant le GR111 et le GR32 pour passer devant une très belle halle. Une micro pause histoire de prendre un petit déjeuner et deux casses-croûtes car j'ai comme un doute sur un retour dans les foyers pour midi ! Pas le temps d'enfourner mes deux croissants que je suis déjà devant la porte du Moustier de Péronne qui donnait accès à un ancien monastère devenu aujourd'hui la médiathèque. 

Juste après l’église de notre dame de l'assomption, je fais un petit détour pour jeter un oeil sur la maison de Jean Cocteau achetée avec Jean Marais en 1947. Il s'agit d'une ancienne dépendance du château mitoyen qui est situé derrière. Picasso, Dufy et Sarte seront reçus à de nombreuses occasions dans celle qui anciennement était appelée "la maison du Gouverneur". Jean Cocteau y décédera le 11 octobre 1963.

Aprés le lavoir de la Bonde et le château il est temps de quitter les GR pour s'engager sur le PR08. La sortie de Milly s'effectue en laissant le clos St Pierre dont le mur fait plus de cinq mètres à gauche et le domaine de la Croix de Boissy et son parc protégé des regards par un mur de prés de trois mètres.

Le chemin file en sous bois et la montée au plateau du bois des Chênets est récompensée par l'arrivée d'un écureuil roux qui m'observe quelques secondes avant de prendre la poudre d'escampette. Le PR redescend doucement en serpentant entre les carrières, alors qu'une cavalière profite d'une pause pour faire s'occuper de son cheval. Je quitte le PR pour rejoindre le GR1. A la sortie des bois la vue se dégage et me voici au milieu de champs immenses ! Nouveau petit détour par la "Pierre Droite" plantée, isolée au milieu de tous ces champs. Dressée, elle semble attendre les voyageurs marcheurs qui passent ici sur le GR. Je m'empresse de faire le tour tout en la gratifiant d'une caresse comme si je lui demandais "protection".

La pause déjeuner se fait à l'ombre de l'église de Buno-Bonnevaux. J'ai fait 12,5km et je ne sais pas combien il m'en reste. Modifier un itinéraire sans calculer le surplus ? On voit que je suis en congé ! La pause terminée j'arriva à Chantambre, un lieu dit très "animalier", chevaux, poules coqs chiens et chats se partagent le territoire ! Une véritable basse-cour sur le GR ! Je quitte le GR1 pour reprendre le GR111 qui doit me ramener à Milly. Le passage dans la "grande vallée" est très agréable sur ce chemin sableux. Je me rends compte qu'à midi solaire je serais très certainement au milieu des champs !

En effet après le passage à coté de l’aérodrome de Buno-Bonnevaux où deux pilotes font les allers retours pour emporter les planeurs je me retrouve sur un immense faux plat entouré de champs en plein soleil. Heureusement mon chapeau fait sont effet. Mais que la route est longue jusqu'à Oncy-sur-Ecole... Retour à l'ombre et j'en profite pour faire une petite cache prés de l'Ecole un petit ruisseau qui passe devant un ancien lavoir. quelques panneaux d'information font leur apparition sur le sentier de découverte qui dispose de portions mitoyennes avec le GR.

J'arrive sur la dernière longueur du 111 et je passe respectivement à coté du conservatoire des plantes médicinales où la menthe poivrée semble être réputée dans cette partie du Gatinais, puis de la chapelle St Blaise des Simples. Ce dernier vestige de ce qu'était une maladrerie elle fut redécorée par Jean Cocteau mais fait aussi office de sa dernière demeure. Inutile de vous dire que nous sommes un mardi et que je n'aurais pas loisir de visiter ce lieux.

Le moins :
Attention toutefois certaines portions des deux GR se font sur une chaussée peu fréquentée, de plus il faut traverser les départementales...

Le plus :
Le passage instructif dans Milly-la-Foret et la traversée de la "grande vallée" sur le GR111 avant l'aérodrome.

Voila il est 14h30 lorsque je suis de retour au point de départ. Au final une randonnée de 28km effectuée en 06h00 sous un ciel parsemé de nuage avec des températures entre 15 et 22° et un petit vent agréable.



mardi 31 juillet 2012

Randonnées de juillet 2012

Petit récapitulatif des randonnées marquantes de juillet sur les 130 km parcourus ce mois.
La météo s'améliore. 16 sorties ce mois-ci avec un mini break tout de même lors du week-end du 12-22 juillet.

45 - Loiret :
          - Le PR de Jeanne d'Arc à contre sens (10.5km 02h15)
          - Semoy et son circuit forestier (11.4km 02h50)
          - Boigny et la charbonnière (16km 03h45)
          -  Le sentier pédagogique des moulins (7.7km 02h00)

91 - Essonne :
          - La ville perchée de Leuville (9km 02h00)
          - L'Orge et la Boëlle (12km 02h45)

dimanche 29 juillet 2012

45 Olivet, le sentier pédagogique des moulins 7km

Départ pour une nouvelle randonnée dominicale après la petite coupure du week-end dernier. Cette fois c'est en famille puisque j'ai une de mes soeurs de passage dans le Loiret. Cette sortie est doublée de mon autre activité favorite le géocaching. Attention certains passages se font sur des sentiers dont l’accès est ouvert au public se fait de 07h30 à 22 d'avril à septembre mais une fermeture à 18h30 d'octobre à mars.

Il s'agit de découvrir ce sentier le long duquel on doit remettre 9 photos de moulins dans un certain sens pour découvrir la cache finale. Pour jeter un oeil sur la cache il vous faut suivre ce lien "Les moulins d'Olivet".

Nous arrivons sur le parking peu avant 09h00 le ciel est bleu et presque personne, mais cela ne saurait tarder car je sais que la fréquentation du lieu va rapidement augmenter. On prends un peu connaissance du site et notamment le panneau d'information sur lequel on découvre que le Loiret d'une longueur de 13km provient des eaux d'infiltrations de la Loire. Il semble qu'une vingtaine de moulins aient exploités cette rivière. Un second panneau informe lui de la présence de deux circuits de randonnées depuis le site (à suivre...). On démarre donc cette randonnée le long du Loiret avec un petit air frais sous les arbres.

Très rapidement on tombe nez à nez avec de belles demeures et la superbe gare aux bateaux de la Quetonnière. L'itinéraire est entièrement ombragé et laisse présager une belle randonnée même par des températures élevées. Au fur et à mesure nous découvrons les moulins qui se succèdent tous dans des styles différents mais aussi dans des "entretiens" tout aussi différents. Quelques roues sont encore présentent mais très peu sont en état de tourner. Tous les moulins sont habités et le décors de certains mérite bien quelques petites pauses photographiques.

Nous avons déjà parcourus la moitié du parcours et déjà les promeneurs et sportifs sont plus nombreux. De notre coté les énigmes sont résolues et les coordonnées de la cache sont validées. Le retour se fait par une partie nettement moins large, et il faut parfois jongler avec certains urticants pour rester indemne. Le passage sous le pont autoroutier nous laissera une forte impression de tumulte incessant. Si sur l'autre rive le bruit sur passage des véhicules sur les séparations du pont se faisaient remarquer, de ce coté on trouve cela vraiment violent au point en être désolé pour les habitants.

On retrouve le parking après les 7,7km de notre parcours qui sera tout de même ponctué de quelques erreurs topographiques. La cache ne nous aura pas résisté car sur le point désigné par nos GPS le trésor est rapidement délogé. Nous auront même eut la possibilité de découvrir une cache traditionnelle du coté du moulin du bac, où il faut le dire, il faudra quelques minutes avant de se dire qu'il n'y a que peu de possibilité pour déloger la cache, je n'en dit pas plus.

Une randonnée avec vues sur les anciens moulins, longue de 6,8km (la trace GPS a fait l'objet d'un nettoyage des erreur topographiques) sous une très belle météo.

Le moulins des Béchets

mardi 17 juillet 2012

91 Brétigny-sur-Orge, l'Orge et la Boëlle 12km


Une randonnée sous des températures encore chaudes ce soir. Je ne suis pas motivé à me rendre trop loin donc je décide de me rendre au bassin du Carouge pour y improviser un itinéraire le long de l'Orge et de la Boëlle. Le point de mire est le GR655 qui porte en plus des marques rouges et blanches, aussi le symbole du coquillage de St Jacques. Pas moins de trois parcs ou domaines pour cette randonnée. 

Sitôt la voiture garée, j'entame le tour du Carouge puis passe sous la francilienne où le trafic est dense. Une petite montée vient rompre le parcours sinueux de la rive gauche de l'Orge. Lors de la descente par le chemin pavé du moulin de Basset je redouble de vigilance car même s'ils les pavés sont énormes je me méfie, suite à mon entorse de dimanche dernier. Sur l'autre rive se trouvent les prairies de Saint Michel et je réussi à observer et à photographier un gros ragondin qui semble se régaler tout en faisant du surplace au milieu de l'Orge.

Passage dans le parc de Lormoy. Ici aussi beaucoup de monde profite de la météo. D'ailleurs à l'arrivée prés de la basilique de Longpont je rencontre de nombreux petits groupes d'étudiants qui profitent de la pelouse  alors qu'un groupe de retraités lui semble s'adonner à une séance de relaxation collective sur le terrain de basket !Tout en la contemplant je contourne cette superbe bâtisse datant du XI° siècle. Elle possède l'un des premiers reliquaire de France. Chaque année, le 15 août, le morceau du voile de Marie doit y être exposé au public. 

Mon itinéraire s'éloigne un peu de l'Orge pour rejoindre un complexe sportif assez impressionnant, stade d'athlétisme, cours de tennis, salle de skate et autre sports sont ici regroupés sur une zone relativement
calme. Après le retour vers l'Orge je découvre l'Auberge Champêtre ! Un agréable terrain délimité dans lequel trônent une dizaine de tables et leurs bancs qui vous invitent au pique nique bucolique.
Il est 20h00 et me voici à l'extrémité Nord de mon parcours, la boucle pénètre dans le parc du Perray où je longe la Boëlle, un petit cour d'eau qui accompagne l'Orge. Il est plus vivant que l'Orge, si bien qu'il renforce une impression de fraîcheur. Le mouvement des algues qui semblent mesurer dans les trois mètres ressemble aux ondulations du blé sous le chant du vent.

Près de l'observatoire permettant de découvrir un petite zone marécageuse je profite des quelques mirabelles glanées non loin pour opérer une micro pause. Tandis que trois perruches vertes se battent pour la souveraineté de l'espace aérien, j'observe monsieur crapaud gros comme mon poing entrain de conter ces intentions à madame qui ne semble guère avoir l'intention du tomber dans le panneau. Aussi lorsque je reprend ma route, surpris ils décident d'opérer une immersion préventive.

Le retour après le parc de Lormoy se fera sur le GR655 afin de ne pas emprunter la piste cyclable qui longe la route où se retrouvent les fous du volant pressés de rentrer chez eux. Il est 21h15 lorsque je termine ma randonnée non sans manquer d'apercevoir qu'un barbecue encore fumant est entouré de joyeux drilles.

Une randonnée tournée résolument autour de l'eau et des arbres, longue de 12km et parcourue en 2h45 sous une météo très favorable.

Bassin de Lormoy (91)

dimanche 15 juillet 2012

45 les forêts de Boigny-sur-Bionne 16km


Ce matin je tombe du lit à 06h30, alors inutile de vous dire que je file très tôt pour ma randonnée dominicale. Je pioche dans mes fiches pour trouver une rando qui d'environ 15km. Je repère un petit coin mais je décide de modifier l'itinéraire sur iPhiGénie pour l'allonger un peu. Direction Boigny-sur-Bionne.

Le départ de cette randonnée se fait sur le parking de la Canaudière où l'on trouve un petit complexe sportif. Pour une fois je tombe de suite sur le panneau des randonnées, il y a deux PR indiqués et la rando que j'ai préparé empreinte le PR du pigeonnier mais se poursuivra plus longuement dans le parc du château de la Charbonnière.

Je quitte le parking pour rejoindre la Commanderie, demeure appartenant à l'ordre militaire et hospitalier de Saint Lazare de Jérusalem Grand Prieuré de France. Je longe le domaine en passant devant l'ancienne ferme puis la tour du pigeonnier.

C'est un agréable sentier serpentant derrière les maisons qui en passant près de l'église m'amène dans une première partie forestière plus exactement dans "les bois des glands". De nombreux panneaux indiquent que les abords sont privés, interdiction de se rendre dans les sous bois. Une situation identique plus au Nord dans "les bois de la volée" ! Les noms de ces bois auraient ils une relation pertinente avec celui des propriétaires... Une biche me gratifie de son passage furtif sur le chemin. À la sortie de ces bois lugubres, les derniers coins de ciel bleu sont recouvert de gris, c'est quand l'été ?

Après la traversée de la nationale je tombe sur deux poids lourds moteurs tournant un dimanche matin, un polonais et un lithuanien arrêtés sur le parking voitures à l'entrée de parc de la Charbonnière. Les conducteurs sont en opération d'entretien de la cabine et aux vues du maillot de corps façon "filet" à la Village People, pas questions de s'attarder.  J'entre dans le parc et laisse la trace du PR pour débuter la rallonge du circuit. 

Ce parc est immense et il a été le lieu d'un évent Géocaching mémorable. Il convient de faire attention aux horaires, mais je vous conseille d'y passer une journée pique-nique. L'étang du Ruet est à nouveau en eau, le sentier qui me permet de faire le tour par l'Est est très gras. L'île au trésor, accessible sans se mouiller il y a quelques mois a retrouvée son statut et son isolement. De retour sur les grandes allées je croise beaucoup de monde et je trouve même le moyen de me faire une petite entorse à la cheville gauche. Rassurez vous mes chevilles sont entraînées à cet exercice... Quelques centaines de mètres plus loin tout est revenu en place.
Les nuages laissent passer quelques beaux rayons et les oiseaux reprennent leurs chants d'alerte suite à la surveillance de leur territoire.

J'arrive au château de la Charbonnière pour une petite pause lorsque je remarque sur mon application de Géocaching qu'une cache est disponible à quelques mètres, remplaçant une cache de l'Event ! Je mets donc à profit cette pause pour la déloger, et voilà pour la numéro 487!

Je reprends mon chemin lorsqu'au moment de croiser une dizaine de personne et leur chien quand j'entend un hurlement "HALTE". J'ai bien cru que c'était pour moi mais non il s'agissait d'un entraînement à la maîtrise de son animal domestique. Suis je étonné de voir que le rottweiler qui a une véritable cage autours de sa gueule semble faire fit de cet ordre ? Non, d'ailleurs cette paralysie qui me rend invisible aux yeux de ces gentils prédateurs ne semble plus fonctionner ! Je profite du passage de nombreux coureurs pour me faufiler et prendre la tangente.

C'est la sortie du domaine et le retour prés des routes bruyantes avec le retour vers Boigny. Une petite surprise toutefois pour terminer cette rando avec le passage le long de la Bionne. Les berges sont aménagées et bien entretenues laissant les flaneurs à leurs pensées buccoliques, tandis qu'une petite fille tente de fuir les canards qui se demandent pourquoi elle n'a plus de pain...

Une randonnée de 16,2km un peu difficile autour de l'étang du Ruet en cette période très humide pour une durée de 3h45 et environ 170m de dénivelé.

La planche du pré mouillé à Boigny

mercredi 11 juillet 2012

91 Leuville-sur-Orge, la ville perchée 9km


Seconde tentative pour cette randonnée car la semaine dernière lors de la première tentative alors que je venais de faire près d'un kilomètre et demi sous ciel lourd, quand j'ai remarqué que l'application relevant la trace GPS m'avait lâchement abandonnée. Aussi avais-je décidé de reporter la Rando et de faire demi tour.
Ce soir la météo est nettement plus agréable alors seconde tentative avec une surveillance accrue du relevé GPS.

Le départ de cette randonnée se fait sur la droite de l'église, attention peu de place pour se garer...
Cette commune semble être un haut lieu symbolique pour les géorgiens, en effet le premier président de la Géorgie renversé par les Bolchéviques y est enterré, le château et le cimetière orthodoxe sont toujours présents.

Le premier panneau annonce deux circuits (7 et 8) qu'il est possible de faire depuis ce point. J'opte pour le 8 qui file vers les bassins du Petit Paris et du Carouge pour poursuivre le long de l'Orge le 7 très court restant sur la hauteur de ce bourg.
C'est parti pour une visite des sentiers, du moulins du Petit Paris, de la vallée de l'Orge, des bassins, du bois des Joncs Marins, du moulin d'Aulnais et de l'ancienne gare de l'Arpajonnais.
Le panneau 1 est situé juste à l'angle opposé de l'église devant un puits. Il me faut suivre un petit sentier qui serpente entre les murets des habitations. Mieux vaut avoir bien repéré le chemin proposé sur une carte car les travaux par endroit laissent le randonneur dans le doute.
Je rejoins rapidement les bassins, il faut dire que cela ne fait que descendre. Inutile de préciser que je suis parti sans mon sac à dos, que je suis en chemisette mais armé de mon bâton de marche et qu'en moins de 10 minutes le temps agréable est en train de tourner au vinaigre, avec le vent qui semble m'apporter de beaux nuages biens dodus !

Je suis sur le plat maintenant et me voici sur le bord du bassin du Petit Paris, un coin que je connais pour y être passé lors de la randonnée de Brétigny. Il faut dire qu'une partie de l'itinéraire est commune. La pause pluvieuse de la semaine a fait rentrer les escargots qui sont remplacés par les sportifs enfin libres de s'adonner à leur passion. Ce ne sont pas moins de 7 bassins disposés le long de l'Orge, qui sont équipés de vannes permettant de réguler les crues de l'Orge mais aussi de limiter une baisse trop importante de son niveau. La capacité de retenue totale est de 2,2 millions de mètres cubes.

Lorsque j'arrive au bassin du Carouge les nuages filent au dessus de moi, en m'épargnant. Je passe le Blutin et remonte vers l'ancien moulin sans toutefois y faire de halte. Il est temps de reprendre un peu d'altitude pour passer dans la zone boisée qui surplombe un peu cette vallée dominée sur l'autre versant par la tour de Montlhéry. Le chemin passe entre deux immenses champs, un de blés d'un côté et de maïs de l'autre.

Nouvelle descente pour retrouver l'Orge et effectuer la dernière boucle qui permet de revenir sur Leuville.  Je surprend un pêcheur sur un petit pont dont l'accès est bloqué par des portes cadenassées. Il semble attendre une réaction éventuelle de ma part durant quelques secondes puis reprend ce qui me semble être une activité plus clandestine que ludique.

L'Orge ici s'écoule paisiblement à côté du GR sur lequel je suis maintenant. L'endroit bordé d'arbres est calme à cette heure avancée de la soirée. Je marche abrité du vent qui se manifeste sur le sommet des arbres et à l'ombre du soleil qui termine sa journée derrière à quelques hauteurs des buttes environnantes ! A la pointe Sud-Est je ne trouve ni le panneau indicateur, ni le moulin d'Aulnais, il semble que les restes aient étés engloutis suite à l'installation d'une entreprise...

Je reprends ma route plein Nord pour arriver dans Leuville, il s'agit de la dernière portion avant de retrouver les ruelles qui débouchent sur l'église, je suis sur un long faux plat.  J'arrive à l'Arpajonnais une ancienne gare mise en service en 1893 et supprimée en 1937. Elle reliait la Capitale pour y apporter les légumes et en retour on trouvait le fumier et les gadoues qui servaient d'engrais aux maraîchers !

Me voilà de retour à l'église alors que quelques gouttes se laissent tomber du ciel.
Une belle randonnée de 9km bouclée tranquillement en 2 heures au lieu de 3 annoncées pour environ 110m de dénivelé.

Le Carouge

Randonnée avec Visorando