Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

mardi 7 avril 2015

38 Bourg d'Oisan, La montée à l'Alpe d'Huez 9,8km

95ième randonnée (n'oubliez pas vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus) :

Je vous emmène sur une épreuve mythique "La montée à l'Alpes d'Huez". Les plus grands se sont glorifiés au sommet mais certains s'y sont aussi cassés les dents... Naturellement il ne sera pas ici question de "vélo" mais bien de randonnée. A mon arrivée j'avais bien au détour de certains virages vu quelques balises et impossible de ne pas y voir comme une prédiction "Là bas tu trouveras le chemin qui te mènera au sommet mythique"...


Au départ : pas d'Alpe d'Huez...

Une fois de plus le départ ne se fera pas à pied mais en bus pour rejoindre le point de départ à Bourg d'Oisan. Il est 7h00 lorsque je monte dans le bus après avoir acquitté mon titre de transport. Le bus récupère au fil de la descente quelques collégiens. Serein la veille, je suis au fur et à mesure que l'altitude baisse comme envahi par deux sentiments : l’excitation du défi d'un côté mais aussi le doute sur le fait de réussir la montée complète. De toute manière je suis lancé et maintenant il me faut tenter le tout pour le tout.



Le point à atteindre...

Le bus arrive dans la vallée et je réalise que je ne sais pas exactement où va se situer l’arrêt dans Bourg d'Oisan. Finalement il se situe au pied du collège face au versant du Prégentil de l'autre coté de la Romanche. Le point de départ se situe donc devant le panneau indicateur "Saint Antoine" à 737m d'altitude. Il me faut donc traverser toute la ville pour débuter. Je tente de rester sur le balisage présent mais il me faut reconnaître que  l'objectif de remplir mon sac avec de quoi me ravitailler est la mission première. Un petit commerce fera largement l'affaire ce qui augmentera le poids du sac. Je continue de traverser la ville puis je passe au dessus de la Romanche le tout protégé du soleil. le début de ce parcours très plat naturellement permet de me mettre en jambe.



Bourg d'Oisan, le soleil me rattrape ...

Deux kilomètres et demi de plat relatif car maintenant inutile de vous dire que j'attaque la montée ! J'ajoute aussi que je ne vais pas suivre la route des cyclistes, non ce serait bien trop simple à mon goût et surtout je pense bien trop risqué avec le ballet des engins qui montent et descendent parfois à des vitesses incompatibles avec ma sécurité. Aussi je vais m'efforcer de suivre le sentier qui se faufile entre les sacrés virages de cette montée. 


C'est par où ...

Je coupe d'ailleurs le premier et là je suis dans le bain direct de ce qui va m'attendre durant tout le reste de la randonnée. J'ai l'habitude de dire que je suis un peu comme le GBC 8KT, un vieux camion militaire : dés que cela grimpe je suis à une vitesse très réduite mais pour autant je ne cale pas et passe partout. La vitesse moyenne va donc largement chuter mais quel plaisir de constater les effets de l'effort vertical.  

Un escargot ?

Premières maisons lors de la traversée de "La Garde" et naturellement pas grand monde. On dirait que personne n'est présent pour assister à cette ascension. Me voici donc seul à faire l'effort, enfin sur le chemin car sur la route le bruit des moteurs permet presque de savoir que le sentier ne dévie pas de la trajectoire générale. "Le Ribaut" second lieu dit où je vais devoir chercher les balises. Le dernière bien visible se situe dans le virage sur la rambarde mais pour trouver la suivante il me faudra repousser chemin et reprendre une petite sente qui monte juste après le virage. L'impression de voie privée se fait ressentir pourtant sur haut une balise est repérée et me conforte dans le choix d'avoir stoppé la montée par la route.  

Chapelle avant St Ferréol ...

Je coupe encore de nombreux virage avant de prendre une bonne pause déjeuner dans un petit jardin qui surplombe la vallée sous l'église de St Ferréol. Je profite de la vue et du repos qui se fait à l'ombre sur le banc. Cette ombre salvatrice d'ailleurs, car après la pause ce ne sera que de la montée sous le soleil. Je profite d'ailleurs pour déloger une petite géocache...

St Ferréol et sa pause.

Bourg d'Oisan.

Bon les dernières phases de la montée se font donc sous le roi de la journée, le Soleil. Je sens bien que la victoire s'approche mais il faut encore traverser Huez et comme depuis le début si le balisage et le chemin à emprunter ne laisse guère le choix, dans les lieux dits c'est plutôt la galère pour trouver les "signes". Une fois de plus je tente à l'instinct de monter au plus juste pour rattraper le sentier à le sortie et je commence même à être bon à ce petit jeu.  


Ce matin j'étais en bas !

Allez encore quelques virages de coupés et me voici proche de l'entrée de l'Alpe d'Huez. J'entre par l'Ouest de la station et pour le coup l'instinct du chemin à prendre pour arriver au panneau et surtout dicté par la connaissance des lieux depuis les quelques jours de présence sur le site. Je rejoins quasiment le site de départ du bus pour enfin remonter directement vers le haut de la station. Le piquet est à quelques centaines de mètres mais stupeur ! C'est sûr je n'ai pas battu le record de Pantani avec mes 5h30 mais nulle foule, personne pour m'applaudir. Pas la moindre caméra, ni le moindre appareil photo c'est donc seul que je vais savourer "cette victoire"...

Victoire ?

Naturellement tout ceci n'est que plaisanterie, la victoire se suffit à elle même. Voici un effort qui restera gravé dans ma tête, une très belle randonnée avec un bel effort. Pour finir en apothéose cette journée je vais poursuivre (sans mon sac cette fois) la montée jusqu'au balcon situé à 3300 m mais en utilisant les moyens mécaniques. Petite précision, naturellement pas besoin de signaler que la nuit fut bonne (peut-être moins pour mes coéquipiers de chambrée...). 


La vue depuis le Pic Blanc à 3300m ...

Au final cette 95ième randonnée affiche un compteur de 9,8km et 1142m de dénivelé positif. D'aprés quelques calculs la véritable montée de 7,4km pour 1105m offrirait donc une belle pente de presque 15%).  

Carte de la randonnée

lundi 6 avril 2015

38 Alpe d'Huez, De la Grande Sure vers le Bras 3,5km

94ième randonnée (n'oubliez pas vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus) :

Cette fois pas de brouillard pour cette randonnée, il fait beau. Une randonnée courte en distance mais qui dans le temps sera étalée sur plus d'une heure trente histoire de profiter un peu de la vue et le tout avec les raquettes au pied.

Le départ se fera de manière mécanique car l'enneigement du site en cette saison est encore conséquent. J'emprunte donc le télésiège du Signal pour me rendre au sommet de La Grande Sure qui "culmine" à 2114m.


Depuis La Grande Sure, puis une petite vue vers la station en chemin...

L'itinéraire n'est pas très compliqué encore faut-il ne pas se retrouver sur les pistes. Je n'ai donc aucune gène à me faire confirmer le point de départ de ce circuit qui est officiel sur la station pour les "raquetteurs"... Je passe donc non loin du téléski du Petit Prince que je vais longer une bonne partie de la descente. Par moment d'ailleurs cette descente je l'avoue avec les raquettes aux pieds semble devoir se finir en mode ski... 

Le calme et la météo : que du plaisir...

Pas de grandes difficultés ici car la dameuse a laissé une belle trace et le point d'arrivée est bien visible, il n'y a qu'à suivre "la crête". De temps à autre je vais me faire surprendre par tantôt des skieurs tantôt des surfeurs venus se perdre sur cette piste. Ils seront d'ailleurs parfois quasiment à l’arrêt car une petite bosse freine la progression à mi parcours. Si je n'avait personne devant moi en descendant, j'observe quelqu'un prés du "Bras" au niveau des pylônes (le point de demi tour). Alors que j'arrive il n'y a plus personne sur le site ! Mon œil finira par retrouver ce randonneur inconnu qui file plein sud en mode hors piste.


Un peu de glace ?

Je prends un peu le temps de respirer au pied de cette antenne qui semble être le point de repère des hélicoptères qui traversent le site car bon nombre d'entre eux passent non loin en fonction du sens d'arrivée. Le retour se fera par le même itinéraire sachant qu'il ne faut pas louper la dernière descente des télésièges...

Au final cette 94ième randonnée affiche un compteur de 10,1km et 370 m de dénivelé positif et négatif.  

dimanche 5 avril 2015

38 Alpe d'Huez, Lac Besson 10,1km

93ième randonnée (n'oubliez pas vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus) :

Cette fois pas de brouillard pour cette randonnée, il fait beau. Une randonnée courte en distance mais qui dans le temps sera étalée sur plus d'une heure trente histoire de profiter un peu de la vue et le tout avec les raquettes au pied.

Le départ se fera de manière mécanique aux vues de l'enneigement du site en cette saison. J'emprunte donc le télésiège .


Au départ : chouette un piquet, puis chouette une "trouée" derrière moi...

J'évite les skieurs et autres glisseurs qui descendent à toute vitesse pour arriver sur le point de départ officiel de la randonnée. Naturellement l'itinéraire passe normalement par le GR mais en hiver le tracer est établi par les pisteurs, je ne peux donc pas suivre à la lettre la cartographie IGN pour m'orienter.  



Le grondement des machines était impressionnant...

M'orienter, voila un verbe qui va complètement perdre son sens aujourd'hui. Or le départ où l'on distingue un peu la piste à suivre, dès que je quitte le plat un brouillard presque aussi épais qu'un mur empêche quasiment de voir le piquet suivant. Cela grimpe fort mais en plus je m'agace car la petite équipe qui est devant dispose d'une sono d'où des musiques plus débiles les unes que les autres s'échappent. Moi qui aime le calme des montagnes, grrrrr... Finalement je les laisse prendre de la distance et disparaître dans le brouillard, bon ça c'est facile, 30m et plus personne mais j'attend un peu pour que mes oreilles arrêtent de saigner.


Un peu de glace ?

Je ne suis pas un grimpeur, mais j'aime tout de même l'effort, seulement on peut dire que je suis un peu comme les vieux camions militaires, le GBC8KT notamment, je passe partout mais lentement. De toute façon cela fait bien longtemps que je sais que je ne suis pas un descendant du lapin mais plutôt de la tortue... En tout cas dans ce brouillard où je me rend compte qu'il est fortement aisé de se perdre en dehors d'un chemin balisé, j'ai l'impression d'avoir parcouru bien des kilomètres lorsque soudain en me retournant une trouée me permet de me situer par rapport à la station. Quel choc ! Elle est juste en contre bas et je sais donc que je ne suis pas au bout de mes peines car j'ai refais plusieurs fois le parcours théorique sur la carte, mais c'était sans compter sur ce tracer violet... 

Dans le brouillard j'entend le bruit presque glauque d'une remontée mécanique qui s'approche de plus en plus. J'ai l'impression que je vais finir par percuter ou me faire percuter par une de ces satanées cabines Quand soudain le monstre apparaît au dessus de moi. Lui est à 2106m. Au moins je vois j'aperçois l'ennemi maintenant... Naturellement quelques dizaines de mètres plus loin c'est a nouveau un gros croisement de pistes qu'il me faut traverser sans repartir sur des skis... La topo n'est pas aisée mais au final je retrouve mon chemin et me voici sur une partie descendante avant de filer droit au lacs Rond et Besson.


Le spot final.

Là encore je sais que je suis dans le creux  avec à droite normalement un grand pan rocheux et à gauche une petite crête mais je ne vais rien voir de toute la ligne droite. Sur le final le plan d'information et le chalet. Naturellement pas de lac visible, mais en cette période je ne m'attendais pas à les voir. Pas de prise de risque et aucune tentative pour faire le tour virtuel des lacs, il est venu le temps de faire demi tour sur mes pas, non sans avoir délogé une petite géocache sur le site.  

Sur le retour

Le lendemain un immense ciel bleu pouvant faire rager mais la randonnée cela se fait aussi avec dame Nature et au final c'est elle qui commande, alors je n'ai pas de regrets, qui sait un jour d'été je serais à même de refaire cette randonnée. La montée en télécabine avec ce ciel bleu aura permis de voir le chemin parcouru "vu du ciel..." Au final cette 93ième randonnée affiche un compteur de 10,1km et 370 m de dénivelé positif et négatif.  

Carte de la randonnée

samedi 4 avril 2015

38 Alpe d'Huez, de Brandes à Pierre Ronde 8,8km

92ième randonnée (n'oubliez pas vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus) :

Changement radical de décor pour cette randonnée placée sous le signe de la neige. En effet je suis quelques jours dans les Alpes histoire de m’oxygéner, c'est peu de le dire... Direction l'Alpe d'Huez pour cette randonnée.

Le départ se fait en contre bas de la station au bord de la D211. Il y a largement de quoi se stationner non loin. Je décide de me rendre sur le site archéologique de Brandes bien conscient que je ne risque pas de découvrir grand chose puisque la neige est bien présente.


  La neige est toujours présente !

Après avoir laissé l'air de camping-cars sur le coté je passe sous les télésièges pour continuer entre l'Altiport et le stand de Ball-Trapp. J'ai lu plusieurs choses sur ce site de Brandes dont l'un des risques identifiés était la présence de ce stand de tir dont les déchets d'argile et de plomb sont en bordure de la zone protégée.

Le site classé aux monuments historiques depuis les années 90 fait l'objet de recherches liées à la présence d'un village présent entre le XII et XIVième siècle où l'on exploitait des mines de plomb argentifère.


 Vous avez dit de quel côté ?

Inutile donc de vouloir sortir du "chemin" et il me faudra d'ailleurs rapidement m'équiper de mes raquettes pour pouvoir continuer sereinement la suite du parcours. La neige est toujours présente mais les températures remontent ces dernières semaines et la fonte fait grossir les petites cascades. Les grenouilles font l'objet de conquêtes de la part de ces messieurs et se laissent "charmer" aux plus résistants... Il est d'ailleurs sur le site interdit d'effectuer le moindre "prélèvement" d'autant plus que le cheminement passe non loin de la tourbière.

Le chemin forestier aux arbres torturés

Sur la droite je laisse le rocher du Goulet qui culmine à 1886m pour continuer sur le GR 549 avant d’entamer une belle descente afin d'effectuer une boucle sur via le GR54 que je dois partager avec quelques skieurs. 


Qui dit descendre, dit forcément remonter !

Rapidement me voici au pied de la combe qu'il me faut remonter pour pouvoir revenir sur le GR. Le seul "chemin" présent ici n'est pas compliqué et il est très visible mais fichtre il monte en ligne droite, pile dans un bon dénivelé de 200m. Arrivé non sans mal sur le haut je marque une bonne pose quand soudain surgissent au loin des aboiements. le tourisme amène aussi les visiteurs dans les traîneaux...


Cela peut surprendre !

Je laisse les équipages passer avec quelques encombres le site pour reprendre la direction de l'Alpe d'Huez non sans observer sur la gauche le mur remonté en 2006 pour signaler la présence des ruines du château du Roi Ladre. Impossible de se rendre la haut en l'état. Je vais tout de même sortir des sentiers battus pour rejoindre le site des ruines de la chapelle Saint Nicolas. Il a fait l'objet d'une réhabilitation entre 2002 et 2003. Le passage n'est pas délicat mais mérite toute mon attention et les raquettes ne seront vraiment pas de trop.


 Les ruines de la chapelle St Nicolas...

Au final cette 92ième randonnée affiche un compteur de 8,8km et 430 m de dénivelé positif et négatif.  

Carte de la randonnée