Pages

Présentation du projet :

Alors "Grolles aux pieds, sac sur le dos et en avant compagnons..."

dimanche 10 février 2013

45 Guilly et son méandre 6,2km

A la sortie de la maison une fine pellicule de neige est présente sur la voiture. Les températures sont basses et je sens qu'il va falloir bien se couvrir. Direction Guilly une petite commune de moins de 700 âmes. Il me faudra un bon moment pour y arriver car persuadé de pouvoir couper l’itinéraire proposé par le GPS je m'entête vouloir passer par le Sud. Au final j'arrive sur site vers 09h00.

Le méandre de Guilly comporte un vaste site préservé : l'île aux canes, c'est partie ouverte au public que je veux découvrir. Il s'avère qu'en plus dans cette zone le parcours de découverte comporte quelques caches de géocaching.

Le départ de la randonnée s’effectue au moulin de Courpain où je déloge ma première cache. Je rejoins le four à tuiles situé juste avant d'arriver sur la digue du bord de Loire. Après quelques calculs la seconde cache est délogée. La Loire est haute en ce moment, rien d'étonnant avec les précipitations des dernières. La neige tombe sans tenir et le vent froid ne passe que sur une toute petite partie de mon visage. Je suis emmitouflé et cela vaut mieux.


Le sentier de découverte est très bien balisé et le panneau d'information annonce jusqu'à 150 espèces d'oiseaux dont une soixantaine de nicheurs. Une avifaune nombreuse et diversifiée entre les prairies pelouses et sous bois.

La série de caches est délogée sans encombre mis à part pour deux caches. En effet une cache voit son arbre protecteur avoir le pied presque dans l'eau de Loire, et la seconde est protégée par deux remparts de ronces qui ne sont pas là pour faire plaisir. De nombreuses épines seront retirées avant même de remonter dans la voiture. Personne, pas âme qui vive sur le sentier, je prolonge vers le Nord mais rapidement les panneaux interdisant l’accès au public me contraignent à traverser une zone appelée "le purgatoire" pour rejoindre le sentier du retour officiel...

La fin de la boucle de découverte me ramène prés d'une belle mare qui semble hébergée par quelques castors car de nombreux arbres sont couchés et présentent les mêmes symptômes : ils sont taillés comme si Gargantua avait utilisé son taille crayon... Pour rejoindre le parking je décide de passer par Montplaisir pour éviter de repasser par le bord de Loire, et je l'avoue déloger la dixième et dernière cache de la journée.

Au final une randonnée de 6,2 km avec des températures proches de zéro degrés...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

ID2 Rando où la volonté de partager mes randonnées...

Attention, pour passer avec succès le filtrage le commentaire doit concerner le blog. Alors rester dans le ton ;)